Coronavirus : une rentrée scolaire le 11 mai, mais à la carte

On en sait plus depuis ce matin, et l'intervention de Jean-Michel Blanquer, devant la comission des affaires culturelles et de l'éducation de l'Assemblée nationale. La reprise des classes aura bien lieu, mais tout le monde ne sera pas logé à la même enseigne.

ILLUSTRATION / Jean Michel Blanquer, ministre de l'Education Nationale.
ILLUSTRATION / Jean Michel Blanquer, ministre de l'Education Nationale. © IP3 PRESS/MAXPPP

Une rentrée progressive

D'abord, lundi 11 mai, les CP, les CM2 et les grandes sections de maternelle. 
La semaine suivante, les 6èmes, les 3èmes, les 1ères et les terminales. Ainsi que les ateliers industriels et les lycées professionnels. 

L''ensemble des classes restantes reprendrait le chemin des écoles le 25 mai. 
 
Tout le monde pourrait être de retour en classe le 25 mai prochain
Tout le monde pourrait être de retour en classe le 25 mai prochain © Frédéric Danesi
 

Des classes à moitié remplies

Ce n'est pas la seule mesure qui serait prise pour assurer une progressivité de la reprise.
Selon le ministre de l'Education nationale, "Aucune classe n'aura plus de 15 élèves".

Des groupes d'élèves pourraient ainsi alterner, d'une semaine sur l'autre. 

Mesures sanitaires

Jean-Michel Blanquer a affirmé qu'il n'y avait "aucun flou" de la part du gouvernement sur cette question sensible, et que tout serait fait au niveau sanitaire pour éviter la propagation du virus dans le milieu scolaire.

Le ministre de l'Education nationale promet qu'il y aura "un protocole sanitaire écrit noir sur blanc et strict avec le respect des gestes barrières".

Et les parents ne seront pas contraints d'envoyer leurs enfants en cours...
 
Le retour à l'école sera échelonné du 11 au 25 mai et par niveau de classe.
Le retour à l'école sera échelonné du 11 au 25 mai et par niveau de classe. © Joël PHILIPPON / MaxPPP
 

Une décision qui suscite l'incompréhension

Tout est fait pour tenter de rassurer les enseignants et de nombreux parents.

L'école avait été le premier secteur où tout s'était arrêté, par mesures de sécurité. 
Plusieurs jours avant le confinement général. 
On avait alors expliqué à l'opinion publique que les enfants, même s'ils n'étaient pas directement concernés par le covid-19, étaient un redoutable vecteur de propagation..

Alors la décision de reprendre les cours fait grincer des dents.
Et suscite l'incompréhension.
   

Des enjeux "sociétaux"

L'Etat l'a répété à plusieurs reprises, il est absolument nécessaire de recréer au plus vite le lien scolaire, pour réduire les inégalités entre ceux qui peuvent bénéficier dans de bonnes conditions de l'enseignement à distance, et les autres. 

Ce matin, Jean-Michel Blanquer a mis en avant "des enjeux de santé physique et de santé mentale" mais aussi "des enjeux sociétaux".
 

Les rectorats auront le dernier mot

Le gouvernement donne le cap, mais les modalités de la reprise seront décidées au plus près du terrain, selon le ministre. 
Ce seront les recteurs et les rectrices qui les choisiront, en fonction de la situation dans leur région. 
Certaines étant beaucoup moins touchées que d'autres par le covid-19.

 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus santé coronavirus : école à la maison société rentrée scolaire éducation
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter