Ajaccio : les chefs-d’œuvre du musée des Beaux-Arts

© Lionel Luciani/FTVIASTELLA
© Lionel Luciani/FTVIASTELLA

Le musée des Beaux-Arts d’Ajaccio est un haut lieu du patrimoine culturel de l'île. Cet été, tous les vendredis il dévoile ses chefs-d’œuvre en proposant des visites guidées. Une déambulation d’une heure et demie pour découvrir ou redécouvrir des collections d'exceptions. 

Par France 3 Corse ViaStella

En arpentant les couloirs du musée des Beaux-Arts d’Ajaccio, une sensation d’immensité peut naître. Plus de 500 œuvres sont exposées au Palais Fesch, les plus anciennes datent du XIVe siècle, ce sont les peintures des primitifs. 

Cette collection a traversé les époques jusqu’au XXe siècle. Une très large gamme de choix pour les amateurs d’art avec comme pièce maîtresse : «  La Vierge à l’enfant soutenu par un ange » de Sandro Boticelli. 

Le tableau a voyagé jusqu’au Japon le temps d’une exposition. L’œuvre de jeunesse du célèbre peintre est très prisée par les visiteurs. « Ils ont aussi la chance de voir un Titien, un Poussin, ce n’est pas donné à toutes les villes de province d’avoir ces artistes-là. Au-delà de ça, c’est un très grand musée. Il y a de nombreuses pièces qui se succèdent, il y a plusieurs étages. Il y a des collections différentes », explique Pierre-André Nicolai, guide conférencier. 

Parmi les incontournables, il y a donc « L’Homme au gant » de Titien et son regard qui ne laisse pas indifférent. Dans les couleurs aussi « Léda et le cygne » du fameux peintre vénitien Paul Veronèse. 
 

Cardinal Fesch

 
La plupart des œuvres du musée des Beaux-Arts d’Ajaccio viennent de la collection personnelle du cardinal Fesch. L’oncle de Napoléon Bonaparte possédait 16 000 tableaux, il en a offert environ 1 000 à la ville d’Ajaccio

 
Ajaccio : les chefs-d’œuvre du musée des Beaux-Arts
Intervenants -Pierre-André Nicolai, guide conférencier ; Annick Le Marrec, documentaliste au musée Fesch. Equipe - Yael Benamou, Lionel Luciani, Anastasia Mordin


« Il avait une passion pour l’art. Il avait beaucoup d’argent pour acheter beaucoup, beaucoup de tableaux. Il a même continué à la fin de l’Empire. Mais on peut se demander pourquoi il a accumulé autant d’œuvres. Il a toujours eu dans l’idée de quelque chose d’assez moderne, une attention pédagogique, il a souvent voulu créer des écoles. Pour lui, l’art de ses tableaux devait éduquer les jeunes, et donc il a pensé à ça pour Ajaccio », indique Annick Le Marrec, documentaliste au musée Fesch. 

Avec son musée, Ajaccio regrouperait la plus grande collection de natures mortes italiennes de France. Toutes les collections qui font une des fiertés de la petite cité impériale sont à découvrir en visite guidée, tous les vendredis des mois d'été. 


 

Sur le même sujet

Déchets : des élus du Fium’orbu-Castellu refusent de recevoir plus de 43 000 tonnes par an 

Les + Lus