• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Musée des Beaux-Arts d’Ajaccio : une exposition inédite sur l’art vénitien du XVIIe siècle

© Franck Rombaldi/FTVIASTELLA
© Franck Rombaldi/FTVIASTELLA

Une plongée dans la Venise du XVIIe siècle, où se sont croisés les plus grands artistes de leur époque. C’est ce que propose le musée des Beaux-Arts d’Ajaccio. 66 pièces sont à découvrir jusqu’au 1er octobre. 

Par France 3 Corse ViaStella

Le musée des Beaux-Arts d’Ajaccio propose une exposition dédiée à l'art vénitien du XVIIe siècle. C’est la première sur le territoire français et elle constitue le troisième volet d'un triptyque sur le Seicento italien initié par l’établissement.

« On a fait Florence, ensuite Milan et la Lombardie et cette fois-ci nous faisons Venise. C’était probablement l’école la plus oubliée. La première exposition a eu lieu en 1959 à Venise et depuis, il n’a rien eu », explique Philippe Costamagna, directeur Palais Fesch-Musée des Beaux-Arts d'Ajaccio. 
 
Musée des Beaux-Arts d’Ajaccio : une exposition inédite sur l’art vénitien du XVIIe siècle
Intervenants - Philippe Costamagna, Directeur Palais Fesch-Musée des Beaux-Arts d'Ajaccio ; Linda Borean, Università di Udine ; Stefania Mason, Università di Udine. Equipe - Marie Cristiani ; Franck Rombaldi ; Véronique Buresi


Premier enseignement de cette exposition : la vitalité et la variété de cette école vénitienne, stimulée, renouvelée, par des artistes étrangers. « Les étrangers viennent pour copier pour admirer les grands artistes de Venise du XVIe siècle. Ils veulent expérimenter de nouvelles routes de peinture ou de sculpture. Ils ne sont pas que des imitateurs passifs comme on a longtemps pensé. Ils vont vraiment donner une voie nouvelle à l’art du XVIIe siècle et ils vont la passer au XVIIIe siècle », précise Linda Borean, Università di Udine, commissaire de l’exposition. 
 

Sept thèmes


Dans une des salles, une œuvre inédite d'un peintre bavarois, exemple parfait du thème des rencontres. « L'artiste, qui se nomme Joseph Heintz Le jeune a eu la bonne idée, de signer son tableau et d'y inscrire la date. Ainsi, nous savons quand il a été peint en 1673. Et grâce à ça, nous avons pu découvrir qui était l'ambassadeur, un Français, grand diplomate à la cour de Louis XIV », indique Stefania Mason, Università di Udine, commissaire de l’exposition. 

Visions extatiques, héros ou héroïnes tirés de la Bible ou de l'Antiquité. L’exposition est construite autour de sept thèmes. « On a vu qu’il y avait des fils rouges notamment autour des portraits. Parce qu’au XVIIe siècle, le culte de l’individu va se répandre », complète Linda Borean.

Les 66 œuvres, certaines jamais exposées, proviennent de la Gallerie dell' Accademia de Venise et de collectionneurs privés, mais surtout des musées français. À voir jusqu'au 1er octobre. 

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Ajaccio : reconstitution de la bataille d'Austerlitz au Casone

Les + Lus