Incendie de camions dans la périphérie d'Ajaccio : 200 personnes réunies en soutien au jeune chef d'entreprise qui a "toujours envie de travailler"

Ce lundi 10 juin, en fin de journée, environ 200 personnes se sont rassemblées à Sarrola-Carcopino en soutien à Romain Gaffory, un jeune chef d'entreprise dont les camions ont été détruits dans un incendie criminel. "On va continuer de travailler pour les ouvriers, pour la famille et pour nos clients." a-t-il déclaré au cours de l'entretien qu'il nous a accordé.

Famille, amis, chefs d'entreprise, élus locaux, représentants des principaux partis nationalistes, associations, collectifs antimafia...

Lundi 10 juin, en fin de journée, près de 200 personnes sont venues devant les locaux de la société de BTP de Romain Gaffory, à Sarrola-Carcopino, pour apporter leur soutien au jeune entrepreneur de 22 ans.

Dans la nuit du 4 au 5 juin, sur ce même site de Baleone, cinq de ses camions ont été détruits par les flammes. Un incendie criminel à la suite duquel le parquet d'Ajaccio a ouvert une enquête pour "destruction par moyen dangereux".

Le reportage de Caroline Ferrer et Marion Fiamma :

durée de la vidéo : 00h02mn08s
FTV/ ©C. Ferrer - M. Fiamma - V. Buresi

"Je vais continuer de travailler pour moi et mes ouvriers"

En marge du rassemblement de soutien qu'il a organisé ce lundi soir, Romain Gaffory nous a accordé un entretien.

France 3 Corse : Cinq jours après l'incendie criminel de vos camions, quel est votre sentiment ?

Romain Gaffory : Je suis dégoûté. Lorsque je suis arrivé le matin (mercredi dernier, ndlr) et que j'ai vu ça, cela m’a dégoûté...

D'autres engins et véhicules vous appartenant ont déjà été visés par le passé...

Cela fait la troisième fois maintenant. La première fois, c'étaient des engins sur un chantier à la Rocade. Après, ça a été le camion de notre société de location de bateau. Et là, maintenant, ce sont les camions de transport...

Auriez-vous une idée de l'origine de ces incendies ?

Je ne sais pas trop... Peut-être la concurrence ou la jalousie, je ne sais pas... Je ne suis pas le seul non plus à avoir été ciblé par des incendies. Il y a des personnes qui ont été visées sur Corte, à Porto-Vecchio... On voit que ça n’arrête pas. Dès que l’on veut faire quelque chose, créer quelque chose, on nous met des bâtons dans les roues.

Comment envisagez-vous la suite pour vous et votre entreprise ?

Je pense que je vais continuer. Là, on a commencé à récupérer la moitié de la flotte. On va continuer pour les ouvriers, pour la famille et pour nos clients.

N'y a-t-il pas un sentiment de lassitude après tous ces actes criminels ?

Pour le moment, je vais continuer de travailler pour moi et mes employés. Je ne m'arrêterai pas car j'ai toujours cette envie. Je suis toujours à fond. J'ai déjà regardé pour commander de nouveaux camions. Pour l’instant, on va recommencer avec des véhicules d’occasion car, le temps de recevoir les neufs, il va falloir cinq ou six mois...

L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité