Les enquêtes visant Patrick Bruel pour agression et harcèlement sexuel classées sans suite

Le chanteur était la cible de deux plaintes distinctes de masseuses pour des comportements déplacés qui seraient survenus à l'été 2019. Les enquêtes ont été classées sans suite en décembre dernier, en l'absence "d'éléments permettant de caractériser une infraction pénale".
Le chanteur était accusé d'avoir eu des comportements déplacés lors de séances de massage.
Le chanteur était accusé d'avoir eu des comportements déplacés lors de séances de massage. © Denis TRASFI / MaxPPP

Après plus d'un an d'investigation, des enquêtes préliminaires visant le chanteur Patrick Bruel pour agression, exhibition ou encore harcèlement sexuel ont finalement été classées sans suite en décembre 2020. Une information confirmée par "une source proche de l'enquête" à l'AFP. 

Pour rappel, ces enquêtes avaient été ouvertes contre le chanteur après les plaintes distinctes de deux masseuses, pour des faits qui se seraient déroulés à l'été 2019, à Perpignan et à Ajaccio.

Deux plaintes distinctes de masseuses

À Perpignan, une jeune femme d'une trentaine d'années a accusé le chanteur d'agression sexuelle lors d'une séance de massage dans l'hôtel où il séjournait, à l'occasion de sa participation au festival des Déferlantes à Argelès-sur-Mer, en juillet. La masseuse a déposé plainte en octobre.

L'affaire fait grand bruit, notamment parce qu'elle survient alors que le chanteur était déjà la cible d'une enquête pour "harcèlement et exhibition sexuelle", pour des faits qui seraient survenus cette fois en Corse, au sein de l'hôtel Radisson Blue, à Porticcio. Une jeune esthéticienne de 21 ans s'est présenté le 13 août au commissariat pour signaler des agissements déplacés de Patrick Bruel, lors de son passage à l'occasion d'un festival, quelques jours plus tôt. 

Patrick Bruel en concert au Aio Festival d'Ajaccio, le 9 août 2019.
Patrick Bruel en concert au Aio Festival d'Ajaccio, le 9 août 2019. © A.A / FTVIASTELLA

Le chanteur, a-t-elle assuré, aurait notamment refusé de porter des vêtements de massage et serait resté nu, tout en lui demandant d'insister sur certaines zones très particulières, avant de laisser entendre qu'il souhaiterait une prestation à caractère sexuel.

Des accusations niées en bloc par la vedette, qui se défend alors dans les pages du Parisien, affirmant n'être attiré "que par les femmes qui ont du désir pour [lui]". Entendu en audition libre par les gendarmes de Châlons-en-Champagne en septembre, il a confirmé la séance de massage, mais indiqué s'être couvert d'une serviette, et avoir demandé un massage plus abouti sur certaines zones en raison de douleurs.

Outre ces deux affaires, au cours de leurs investigations, les enquêteurs ont également entendu trois autres femmes pour des accusations similaires, portant à cinq le total de femmes accusant Patrick Bruel d'avoir eu un comportement déplacé lors d'une séance de massage.

Des faits qui remonteraient, selon les accusatrices, jusqu'à 2008, et là encore fermement niés dès septembre 2019 par la défense du chanteur, Maîtres Karine Bourdier et Hervé Temine, pour qui "ce qui est évoqué ne correspond absolument pas à la réalité, ni aux principes, ni au comportement de [leur] client."

"Absence d'éléments permettant de caractériser une infraction pénale"

Les deux enquêtes, depuis dépaysées au parquet de Nanterre (Hauts-de-Seine), ont été classées sans suite le 22 décembre 2020, tout comme un signalement des autorités suisses à la justice française "en l'absence d'éléments permettant de caractériser une infraction pénale", indique la source proche de l'enquête à l'AFP.

Contacté par l'agence de presse, Me Hervé Temine n'a pas souhaité faire de commentaire. La vedette ne s'est à ce jour pas non plus exprimé à ce sujet. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers société justice