Processus d’autonomie : des élus corses invités par Gérald Darmanin à Beauvau

Mercredi 7 février, Gérald Darmanin a convié plusieurs élus insulaires à un dîner au ministère de l’Intérieur. Laurent Marcangeli et Jean-Christophe Angelini étaient présents. Invité, Gilles Simeoni n’y a pas participé.

Si Gérald Darmanin a reporté sa visite en Corse (initialement prévue ce jeudi et ce vendredi), en coulisses, les discussions autour du processus d’autonomie semblent se poursuivre.

Mercredi 7 février, des élus insulaires ont été conviés à un dîner au ministère de l’Intérieur, à Paris. Jean-Christophe Angelini et Laurent Marcangeli ont participé à ce repas avec le ministre de l'Intérieur, accompagné de son conseiller Grégory Canal, en charge du dossier Corse à la place Beauvau.

Le président du groupe Avanzemu à l’Assemblée de Corse et le député de la première circonscription de Corse-du-Sud, également président du groupe Horizons à l’Assemblée nationale, étaient donc les deux seuls élus insulaires présents.

Contactés, tous deux n’ont, pour l’heure, pas répondu à nos sollicitations.

Également convié par le ministre, Gilles Simeoni n’était pas présent autour de la table. Son entourage a fait savoir que "la forme de ce rendez-vous ne convenait pas" au président du conseil exécutif.

Ce dernier est davantage favorable à une réunion élargie avec les autres présidents de groupe de l’Assemblée de Corse et d’autres élus insulaires.

Cependant, Gilles Simeoni a accepté de rencontrer prochainement, en tête à tête, Gérald Darmanin, en ayant au préalable réuni la conférence des présidents de groupes.

Jean-Martin Mondoloni convié ces jours-ci

Coprésident d’Un soffiu novu, Jean-Martin Mondoloni n’était pas invité mercredi soir à Beauvau. Il l’est en revanche dans "les deux jours qui viennent", nous a-t-il confirmé ce vendredi matin.

"Je pense que le ministre a reçu les élus selon leurs disponibilités et non selon une question de préséance qui donnerait la préférence aux uns et aux autres, indique le conseiller territorial de droite. Me concernant, je suis convié ces deux jours à Paris et je me rendrai à l’invitation du ministre pour, je suppose, discuter de la même manière avec lui que Jean-Christophe Angelini et Laurent Marcangeli."

Tout comme Gilles Simeoni, l'un des chefs de file de la droite insulaire "aurait préféré un format élargi" :

"On n’en est plus à des questions de préséance et de forme mais à des questions de fond, explique-t-il. Pour le ministre, c’est de savoir où nous en sommes et si un accord au sens où il l’entend est possible. Tout le monde sait très bien, pour être clair, qu’il y a divergence d’appréciation sur l’octroi d’un pouvoir législatif."

La question de ce pouvoir dans le cadre d’une future autonomie de l’île créé également quelques dissensions au sein de la droite corse. En effet, la coprésidente du groupe Un soffiu novu Valérie Bozzi, tout comme Laurent Marcangeli, est plutôt favorable à l’attribution d’une capacité normative et à un accord, en ce sens, avec la majorité territoriale. Ce qui n’est pas la position de Jean-Martin Mondoloni.

Grégory Canal en Corse

Leader de Core in Fronte, Paul-Félix Benedetti n’a pas été convié par Gérald Darmanin mercredi soir. Une non-invitation qui pourrait s’expliquer par l’action menée le 3 février par le parti indépendantiste à Centuri, sur la résidence secondaire du ministre de la Justice, Éric Dupont-Moretti.

Cet événement pourrait être l’une des causes du report de la visite de Gérald Darmanin. Cependant, son ministère n'a pas officiellement explicité la raison de sa non-venue, indiquant que les "conditions sereines n’étaient pas réunies", sans donner davantage de précisions.

Si le ministre de l’Intérieur ne s'est pas rendu dans l'île, ce n'est pas le cas de son "Monsieur Corse", qui s'y trouve actuellement. Selon nos informations, Grégory Canal est arrivé hier.

Pour l’heure, très peu d’éléments filtrent sur la raison de sa venue. On ne sait pas s’il rencontrera des élus, et si oui, lesquels.

Mais la visite de Grégory Canal semble signifier là aussi que les discussions autour du processus d’autonomie se poursuivent, du moins sous une autre forme. En témoigne le dîner en petit comité de mercredi soir, au sujet duquel le ministère de l’Intérieur "n’a pas souhaité faire de commentaire".

Le reportage de Jean-Philippe Mattei : 

durée de la vidéo : 00h02mn24s
Mercredi 7 février, Gérald Darmanin a convié plusieurs élus insulaires à un dîner au ministère de l’Intérieur. Laurent Marcangeli et Jean-Christophe Angelini étaient présents. Invité, Gilles Simeoni n’y a pas participé. ©J.-Ph. Mattei - M. Fiamma - S. Vitry - F. Bernardini