Appels à manifester contre la tenue d'un séminaire de l'extrême droite en Corse

Les appels à manifester contre la venue en Corse d'une délégation du groupe Europe des nations et des libertés (ENL) au parlement européen se multiplient en Corse.

Par Michèle Mignot

20 députés frontistes et leurs 66 assistants parlementaires sont invités à un séminaire de «réflexion et de cohésion» durant 3 jours, du 9 au 11 février, dans la région ajaccienne. Ils doivent atterir à Ajaccio mardi et se rendre dans un établissement hôtelier sur la rive sud du golfe.

Cette annonce parue dans le Canard Enchaîné en janvier dernier, a entraîné de nombreuses prises de position.
 / ©
/ ©

Dès le 2 février, l'Assemblée de Corse et le Conseil Exécutif avaient dénoncé la tenue de ce séminaire de groupe d'extrême droite. Un choix "totalement incongru" signalent les présidents, par ces groupes "aux antipodes de la pensée politique corse".

Le député-maire d'Ajaccio adoptait la même position dans Cuntrastu, diffusé sur notre antenne dimanche 7 février à 18H  (émission à revoir en intégralité sur le web ici)

Laurent Marcangeli


Samedi, c'est une démarche commune de 17 syndicats et associations qui annonçaient la création d'un collectif de lutte contre le fascisme et le racisme. Une démarche initiée après les événements survenus à Ajaccio dans le quartier des Jardins de l'Empereur fin décembre. A l'occasion de cette annonce, les membres de ce collectif ont appellé la population à faire barrage à la haine pour prôner des valeurs d'humanité et de tolérance, mardi à Ajaccio.
Ecoutez Jean-Michel Biondi (de la CGT Corse du Sud):

Jean-Michel Biondi


Les images de la conférence de presse dans les locaux de l'union départementale CGT samedi dernier.

Appel à manifestation


Enfin ce jour, plusieurs militants nationalistes d'Ajaccio nous a fait parvenir leur position:

Nous appelons les Corses à marquer leur rejet de ces idéologies mortifères pour notre peuple et son avenir.

Et ces mêmes militants de conclure:

Les réponses variées qui nous ont été données quant à un éventuel appel à mobilisation, nous conduisent à laisser tout un chacun se déterminer en conscience par rapport aux appels lancés pour ce mardi 9 février 2016, à 10 h, devant l’aéroport d’Aiacciu.


A lire, l'intégralité du communiqué des nationalistes:
Mobilisation contre les élus d’extrême-droite

Ce mardi 9 février, les élus européens d’extrême droite investissent une part de notre terre durant trois jours.
Les Présidents de l'Exécutif et de l'Assemblée de Corse ont dénoncé ce choix qui est une insulte à l’Histoire de notre pays et à la lutte menée par les nationalistes corses depuis des décennies.
Notre conception du peuple corse (Corses d'origine et Corses d'adoption, quelle que soit l'origine, la religion ou la couleur de peau de celles et ceux qui veulent participer à la communauté corse de destin et de culture..) est aux antipodes des  conceptions défendues par ces élus de l’extrême-droite européenne et française que nous rejetons et condamnons sans réserve..
Il n'est pas acceptable que les porte-parole d’une idéologie que nous avons toujours combattue, viennent s'exprimer sur notre sol, ils n'y sont pas les bienvenus, même dans le huis-clos d’une  enclave de type "colonial" tel l'hôtel Sofitel.
Nous gardons en mémoire les attaques qu’ils ont menées et mènent toujours contre les revendications portées par le mouvement national corse et leurs appels à la répression à l’encontre des militants de cette démarche.
Après avoir longtemps pratiqué l’amalgame entre la lutte de libération de peuple « dominé » et le nationalisme d’exclusion et de conquête que nous n’avons eu de cesse de dénoncer et combattre, veulent s’opposer à l’extrême droite, mais sans remettre en question pour la plupart d’entre-eux leur vision d’exclusion jacobine et leur rejet des fondamentaux de notre lutte..
En tant que militants nationalistes corses, nous affirmons que la tenue de cette réunion de l’extrême droite européenne n’est peut-être pas un simple hasard du calendrier. On peut même se demander si ces structures n’espèrent pas instrumentaliser des dérives qui, bien que marginales, s’expriment dans notre pays afin de mettre en difficulté le mouvement national et le nouveau gouvernement de la Corse qui sont leurs véritables adversaires.
Nous savons aussi que nous devons entendre les craintes exprimées par nombre de Corses et comprendre les raisons de leurs peurs et de leurs doutes face à certains phénomènes de société dont nous subissons les conséquences, nous pensons que cela  passe par le dialogue et la recherche de compréhension entre Corses afin de définir, ensemble, les réponses permettant de dépasser les crispations et prévenir les affrontements. 
Mais face à l’idéologie du FN et de ses alliés, démarche porteuse de racisme, d’exclusion et de négation de notre identité, nous affirmons que le nationalisme corse est la seule voie d’émancipation et d’épanouissement de notre peuple.
Nous, militants nationalistes d’Aiacciu, appelons les Corses à marquer leur rejet de ces idéologies mortifères pour notre peuple et son avenir.
C’est pourquoi, après avoir pris, avec plusieurs militants d’Aiacciu, divers contacts au sein de l’ensemble du mouvement nationaliste corse, les réponses variées qui nous ont été données quant à un éventuel appel à mobilisation, nous conduisent à laisser tout un chacun se déterminer en conscience par rapport aux appels lancés pour ce mardi 9 février 2016, à 10 h, devant l’aéroport d’Aiacciu..

Leca Marie-Paule - Orlandetti Jean-Louis - Callistri Jacky - Rossi Jean-Louis - Fieschi Tony - Giacometti Alain - Leca Pierre - Bassani Ange - Paldacci Paul - Poggioli Pierre



 

Sur le même sujet

Les + Lus