Assises : Antoine-Jean Cantara est acquitté

Cour d'assises d'Ajaccio - Photo d'illustration / © FTViastella
Cour d'assises d'Ajaccio - Photo d'illustration / © FTViastella

Antoine-Jean Cantara, 36 ans, accusé d'avoir voulu tuer Mickaël Minichetti en octobre 2010 à Porto-Vecchio, a été acquitté par les jurés de la cour d'assises de Corse-du-sud au terme d'un procès qui dure depuis le 5 avril. L'avocat général avait requis 18 ans de réclusion criminelle.

Par France 3 Corse ViaStella

Antoine-Jean Cantara, accusé d'avoir voulu tuer Mickaël Minichetti en octobre 2010 devant le club 80, à Porto-Vecchio, a été acquitté vendredi 8 avril au terme de plusieurs jours de procès. Au terme de trois heures de délibération, les jurés ont suivi les arguments développés par la défense et déclaré l'accusé innocent. L'avocat général de la Cour d'assises de Corse-du-sud, à Ajaccio, avait pourtant requis dix-huit ans de réclusion criminelle.

L'audition d'un témoin clé, Emmanuel Terrazoni, a peut-être favorisé son acquittement. Il est revenu, jeudi 7 avril, sur ses premières déclarations accusant Antoine-Jean Cantara, le dédouanant de toute culpabilité.

L’accusé, Antoine-Jean Cantara, nie les faits depuis le premier jour du procès qui a débuté le lundi 5 avril. Il assure qu’il n’a rien à voir avec cette affaire. La victime, Mickaël Minichetti, était présente et s’est portée partie civile mais n’a jamais dit qui lui avait tiré dessus.

9 balles 

Il est 3h du matin ce 9 octobre 2010, quand la victime de 32 ans à l’époque est touchée neuf fois par balles devant le Club 80, une discothèque de Porto-Vecchio. L’homme gravement blessé en réchappe miraculeusement. Aujourd’hui, Mickaël Minichetti ne reconnait pas Antoine Jean Cantara comme le tireur, il dit n’avoir que peu de souvenirs de la soirée. 

► Regarder le reportage de Marie-Françoise Stefani et de Jennifer Capai

Assises de Haute-Corse : Antoine Jean Cantara acquitté
Intervenants : Gilles Antomarchi, avocat d'Antoine Cantara // Julia Tiberi, avocate de la partie civile

► Rappel des faits par Olivier Castel

Rappel des faits Cantara
La cour s’est pour l'instant penchée sur la personnalité de l’accusé. Cet homme de 36 ans fait partie de la famille des bateliers de Bonifacio. Il a passé de nombreuses années en prison notamment à cause de deux braquages dont un qui s’est terminé en meurtre.

Les enquêteurs soupçonnent un mobile en lien avec la reprise ou le partage des parts de l’établissement de nuit, mais ils manquent de preuves. De nombreux témoins étaient absents ce matin alors qu’ils avaient été invités au procès.

Sur le même sujet

Les + Lus