• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Bonifaciens et touristes, comment cohabiter ? 

© Jennifer Cappai/FTVIASTELLA
© Jennifer Cappai/FTVIASTELLA

Quel rapport ont les Bonifaciens avec le tourisme ? Pour tenter de répondre à cette question, l'association Maison de l'Architecture de Corse a mis en place une résidence d'architecte qui est resté six semaines en immersion, au milieu des Bonifaciens.

Par France 3 Corse ViaStella

Ils sont architectes, photographes ou ethnologues et ont passé six semaines à Bonifacio. Le but de cette étude : vivre en immersion au milieu des habitants pour comprendre leur rapport au tourisme.

« Ce n’est pas évident dans un premier temps, avec toute la masse de visiteurs qu’il y a, de partir à la rencontre des habitants qui sont, peut-être, au nombre de 3 000, alors que l’été ça passe à 15 000. Moi-même, j’étais fondue dans la masse des visiteurs en sillonnant et je me disais : ‘Où sont les habitants et les habitantes ?’ », indique Natacha Nitschek, ethnologue. 

 
Bonifaciens et touristes, comment cohabiter ? 
Intervenants - Natacha Nitschek, Ethnologue ; Arnaud Réaux, Architecte ; Philippe Bélanger, Agriculteur à Bonifacio. Equipe - Jean-André Marchiani ; Jennifer Cappai ; Anastasia Mordin.


Impact sur le patrimoine et la nature


Ces derniers jours, il était temps de faire un bilan de ces dizaines d'heures passées aux côtés des Bonifaciens à parler du tourisme et de son impact sur le patrimoine ou la nature. Mais ce qui ressort le plus de ces échanges : la transformation de Bonifacio en une cinquantaine d'années, causée par le tourisme.

« Une partie de la population a commencé à migrer de la ville haute jusqu’à la campagne de l’autre côté. Ce phénomène est lié, en partie, à une évolution que l’on peut retrouver sur les autres territoires. C’est le déplacement avec la volonté d’avoir une maison avec jardin, mais aussi du fait de l’évolution touristique et des nuisances que peut induire le tourisme dans la ville », explique Arnaud Réaux, architecte. 

En centre-ville, les résultats de cette étude étaient en suite présentés à quelques habitants. Philippe, agriculteur installé à Bonifacio depuis une quinzaine d'années, a participé à l'étude. « Le point positif, c’est qu’on a un gros arrivage de personnes qui consomment. Pour notre activité, c’est intéressant. Par contre ça nous empêche aussi d’évoluer sur certains points », estime-t-il. 

En ces temps de débats autour de la surfréquentation touristique, le but était de montrer les rapports entre le tourisme et les habitants d'une ville comme Bonifacio. En 2017, plus de deux millions de visiteurs y sont passés.



 

Sur le même sujet

ITW - Eugénie Bogdanova, Réceptionniste saisonnière

Les + Lus