Incendie de quatre voitures à Ajaccio : un homme placé en garde à vue, la piste de l'acte de vandalisme se précise

Plusieurs véhicules stationnés sur le cours Napoléon, à Ajaccio, dont un appartenant à France 3 Corse ViaStella, ont été incendiés dans la soirée du 22 avril. Un homme a été interpellé et placé en garde à vue ce jeudi dans cette affaire. Il s'agirait d'une personne sans domicile fixe, déjà connue des services de police.

Cinq jours après les faits, l'enquête autour de l'incendie de quatre voitures, dont une appartenant à France 3 Corse ViaStella, connaît une première avancée. 

Le parquet d'Ajaccio confirme, ce jeudi 27 avril, le placement en garde à vue d'une personne dans cette affaire.

Il s'agit, selon nos informations, d'un homme âgé de 56 ans, originaire du continent, sans domicile fixe, et présenté comme un marginal. Celui-ci était déjà connu des services de police pour des dégradations par incendie. Il a été repéré par les enquêteurs grâce à l'exploitation des vidéos des caméras de surveillance.

Une expertise psychiatrique commandée

Selon nos informations, l'homme a été interpellé hier, mercredi 26 avril. En état d'ivresse, il n'a pas pu être entendu pour l'heure sur le déroulé des faits. Il aurait, selon une source proche de l'enquête, mis le feu à la voiture siglée France 3 Corse ViaStella à l'aide d'un carton. 

Une expertise psychiatrique a été commandée, indique la permanence du parquet d'Ajaccio.

C'est donc la piste de l'acte de vandalisme qui semble se préciser, même s'il faudra attendre les premières déclarations du gardé à vue pour pouvoir le confirmer.

L'homme sera déféré ce vendredi 28 avril après-midi devant le procureur de la République, en vue d'une comparution immédiate, annoncée le 2 mai prochain.

Enquête confiée à la DDSP

Pour rappel, les véhicules ont été incendiés dans la soirée du 22 avril, aux environs de 22h30. Le feu serait parti de l'arrière de la voiture appartenant à France 3 Corse ViaStella, avant de se propager aux autres véhicules, tous vides au moment du sinistre. Aucune victime n’est à déplorer.

L'enquête, ouverte pour dégradations par incendie, est confiée à la direction départementale de la sécurité publique.