Immobilier en Corse : toujours plus de logements et des prix à la hausse

Depuis 2010 en Corse, le nombre de logements construits est supérieur à l'accroissement de la population. / © FTVIASTELLA
Depuis 2010 en Corse, le nombre de logements construits est supérieur à l'accroissement de la population. / © FTVIASTELLA

Depuis 2010 en Corse, le nombre de logements construits est supérieur à l'accroissement de la population. Malgré cela, la demande de logements sociaux est largement insatisfaite et les prix des loyers ne baissent pas.

Par France 3 Corse ViaStella

Les nouveaux immeubles fleurissent à la périphérie des villes, à Ajaccio et Bastia notamment. Plus de 5 000 nouveaux logements sont construits chaque année.

Les promotions immobilières se suivent et se ressemblent dans les périphéries des deux grandes villes insulaires. Les taux de croissance décollent, les salaires stagnent.

"Lorsque l'on fait une corrélation entre un niveau de salaire faible et un niveau de loyer fort, pour trouver un équilibre et arriver à vivre décemment il faut aller vers le logement social", explique David Frau, président de Fédération départementale du logement de la Corse-du-Sud.

La Corse gagne 4 100 habitants par an et il s'y construit 5 020 logements. Le bâtiment est plus prolifique que la démographie. Pourtant, il faut parfois six ans pour obtenir un logement social.

"On a un peu plus de 6 000 demandes d'accès au logement social et le niveau de satisfaction par an et de l'ordre de 1 000", indique Daniel Fauvre, directeur de la DREAL.

Dans les villes, la loi oblige à 25% de logements sociaux. Ajaccio est loin du compte avec 10%. La commune est condamnée à verser 592 000 euros de pénalité à l'Office foncier.

Afin de se rapprocher des obligations légales, la municipalité envisage de rénover dans l'ancien.
 
Immobilier en Corse : toujours plus de logements et des prix à la hausse
Intervenants - Daniel Fauvre, directeur de la DREAL; Nicole Ottavy, adjointe au maire d'Ajaccio; Lucienne Geronimi, directrice de l'ADIL; David Frau, président de Fédération départementale du logement de la Corse-du-Sud; Equipe - Dominique Moret, Franck Rombaldi.

Les communautés d'agglomération d'Ajaccio (CAPA) et de Bastia (CAB) sont qualifiées de zone tendue. Un observatoire a été mis en place en vue d'un éventuel encadrement des loyers.

Des conclusions sont en attente pour la CAB. En revanche, les calculs de l'Agence Départementale pour l'Information sur le Logement de Corse du Sud (Adil 2A), donnent un loyer médian de 10,4 euros du mètre carré sur le territoire de la CAPA.

"Pour vous donner un ordre d'idée, sur Paris, Marseille ou Lille,  on est entre 18 et 24 euros/m2, donc non réglementairement, il n'y a pas lieu de mettre en place un encadrement", selon Lucienne Geronimi, directrice de l'Adil 2A.

Les membres de la Fédération départementale du logement s'interrogent sur la méthodologie ayant conduit à ce résultat. 10,4 euros du mètre carré, cela ne correspond pas à leur ressenti.

Le coût de la construction et la forte proportion de résidences secondaires expliquent pour partie les tensions du marché. Un marché où les prix ne baissent pas, malgré une offre largement supérieure à la demande.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Lucciana : un stage pour enseigner l'hypnose à des fins médicales

Les + Lus