Crue de rivière en Corse : quel risque pour les baigneurs ?

Publié le Mis à jour le
Écrit par Elise Regaud

Avec la montée des eaux de la rivière de l’Asco hier en fin d’après-midi, une dizaine de pompiers a évacué les personnes aux abords du cours d’eau. Un événement qui rappelle l’importance de suivre les règles de prévention et connaître les bons réflexes en cas de crue.

« Le risque, c’est de se faire emporter ! En général, la montée des eaux se fait sous forme de vague, hier, elle était de 40 centimètres », explique le Lieutenant Jean-Christophe Paoli. Si les inondations sont le premier risque naturel en France, la Corse est un territoire bien particulier. Elle est constituée de bassins versants côtiers,  associé à un fort caractère montagneux ainsi qu’un « réseau hydrographique dense avec des cours d’eau de faibles longueurs et des régimes hydrauliques torrentiels très irréguliers avec de fortes variations de débit ». Ils peuvent conjointement être la cause de crues, comme l’explique le dossier départemental sur les risques majeurs de la Haute-Corse. Actuellement en vigilance jaune orage et en pleine saison touristique, les risques d’une crue comme celle qui s’est déroulée hier sur l’Asco ne peuvent pas être ignorés.  

Suivre la météo pour prévenir la montée des eaux

Si hier, aucun blessé n’était à déplorer, les pompiers ont dû évacuer 50 baigneurs de manière préventive. Alors avant de partir aux abords de la rivière, il vaut mieux se renseigner : « On a des alertes sur Météo France et on suit en direct les orages en montagne. Les baigneurs doivent se renseigner sur les risques météo et il faut qu’ils tournent la tête vers le haut de la vallée », informe le Lieutenant Jean-Christophe Paoli. Et si les baigneurs se trouvent malgré tout confrontée à une crue soudaine, des signes peuvent les alerter : « Dans les 20-30 secondes avant l’arrivée de la vague, on voit que l’eau change d’aspect, des feuilles descendent dans la rivière », décrit le professionnel des secours. Alors en cas de montée des eaux, il faut impérativement s’éloigner du lit de la rivière et prendre le plus de hauteur possible. Si l’événement naturel vient à se reproduire, les pompiers enverront des moyens terrestres ainsi que l’hélicoptère Dragon 2B « pour faire des passages dans la vallée ». Mais attention, il leur sera difficile voire impossible d’aller à la rencontre de chaque baigneur.

Quatre types d’inondations

Sur le territoire, quatre types d’inondations sont possibles : la montée lente des eaux en région de plaine par débordement d’un cours d’eau ou d’une nappe phréatique, la formation rapide de crues torrentielles consécutives à des averses violentes, le ruissellement pluvial lorsque les sols s’imperméabilisent et que les pratiques culturales limitent les précipitations ou encore la submersion marine dans les zones littorales et les estuaires résultant de la conjonction de la crue du fleuve, de fortes marées et de situations dépressionnaires. Ce phénomène est possible aussi dans les lacs.  

 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité