Flux migratoires en Méditerranée : L'Italie déclare l'état d'urgence

Des milliers de migrants ont atteint les côtes italiennes, notamment les rivages de l'île de Lampedusa au cours des derniers jours après avoir accompli la périlleuse traversée à bord d'embarcations de fortune depuis les côtes nord-africaines.

L'italie face au flux migratoires

Selon le ministère de l'Intérieur, plus de 14.000 migrants ont débarqué en Italie depuis le début de l'année, contre un peu plus de 5.300 durant la même période l'an dernier et 4.300 en 2021. Selon le site INFO MIGRANTS : "Rome a déclaré, mardi, l'état d'urgence dans le pays pour six mois en raison de la forte hausse des arrivées de migrants à Lampedusa". La mesure comprend la mise en place d'un fonds de cinq millions d'euros destiné notamment à "décongestionner" le centre d'accueil de l'île.

Le gouvernement d'extrême droite de Giorgia Meloni prévoit de nommer un commissaire spécial chargé de gérer le dossier. Un fonds de cinq millions d'euros doit également être créé, notamment pour permettre de "décongestionner" le centre d'accueil surpeuplé de Lampedusa.

La situation géographique de l'Italie en fait une destination de choix pour les demandeurs d'asile qui passent de l'Afrique du Nord à l'Europe. Rome se plaint depuis longtemps du nombre d'arrivées sur son territoire.

Naufrage et morts au Maroc

Onze migrants sont morts noyés après le naufrage de leur embarcation de fortune au large du Maroc, ont indiqué des médias locaux.
Le drame s'est déroulé au large de la Plage blanche, près de Guelmim, dans le sud du royaume.
Situé à la pointe nord-ouest de l'Afrique, le Maroc est un pays de transit pour de nombreux migrants notamment subsahariens qui cherchent à rejoindre l'Europe, depuis ses côtes atlantique ou méditerranéenne.

Selon un rapport de l'ONG espagnole Caminando Fronteras, publié en décembre, plus de 11.200 migrants sont morts ou ont disparu depuis 2018 en tentant de rejoindre l'Espagne, soit six par jour en moyenne. A elle seule, la route entre les côtes nord-ouest de l'Afrique et les îles Canaries comptabilise 7.692 migrants morts, selon l'ONG. A partir de la fin 2019, le nombre de migrants tentant la traversée clandestine à travers la périlleuse route migratoire atlantique a bondi lorsque les patrouilles des garde-côtes en Méditerranée se sont intensifiées.

La responsabilité des États

Au niveau européen, la crise migratoire de 2015 a été une épreuve déstabilisante pour la politique d'asile de l'Union Européenne. A l'instar des évènements survenus ces derniers mois, huit ans après, ce sentiment de crise persiste toujours.

Récemment, l'appel de plusieurs ONG internationales a remis en cause la politique de l'Union Européenne face à l'altercation qui s'est produite entre des gardes-côtes libyens et un navire transportant des migrants qu'ils auraient empêché de sauver en tirant des coups de feu. Face à ces accusations, Peter Stano, porte-parole du chef de la diplomatie européene, Joseph Borell, a déclaré qu'une enquête sera effectuée afin de savoir si l'Union Européenne a aidé à financer le bateau des gardes-côte libyens impliqués dans les faits. 

durée de la vidéo : 00h01mn00s
Italie - Hausse des flux migratoires en méditerranée ©France 3 Corse ViaStella