• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Après Sisco, la commune de Ghisonaccia interdit le port du burkini

Arrêté antiburkini à Ghisonaccia
Après Sisco, la ville de Ghisonaccia vient elle aussi de prendre un arrêté "anti-Burkini"... Depuis le 18 aôut et jusqu'au 18 octobre prochain, il est interdit de porter des tenues non correctes, non respectueuses des bonnes moeurs et de la laïcité sur les plages de la commune. Une décision qui, pour le maire, vise aussi à maintenir le calme. - France 3 Corse ViaStella - Liz Raffier et Philippe Villaret

Deux jours après le dépôt en préfecture d'un arrêté interdisant le port du burkini sur les plages de la commune de Sisco, le maire de Ghisonaccia, Francis Giudici, a pris jeudi 18 août un arrêté similaire.

Par France 3 Corse ViaStella

Le maire de Ghisonaccia, Francis Giudici, a pris jeudi 18 août un arrêté municipal interdisant le port du burkini sur les plages de sa commune.

Le texte, similaire à celui déposé par le maire de Sisco Ange-Pierre Vivoni à la préfecture de Haute-Corse mardi 16 août, a été adopté à l'unanimité en conseil municipal jeudi. Il a été déposé vendredi 19 août à la sous-préfecture de Corte.

L'arrêté précise que "l'accès aux plages et la baignade sur l'ensemble du territoire communal est interdit à compter du jour de la signature de cet arrêté jusqu'au 18 octobre 2016 à toute personne n'ayant pas une tenue correcte, respectueuse des bonnes moeurs et de la laïcité, respectant les règles d'hygiène et de sécurité des baignades adaptées au domaine public maritime".
Le maire de Ghisonaccia souhaitait prendre cet arrêté bien avant les événements de Sisco : "la gendarmerie et la garde républicaine à cheval m'avaient signalé de plus en plus de tenues provocantes sur la plage de Ghisonaccia depuis quelques semaines". 
"Selon moi, ces provocations nuisent à tout le monde, y compris aux membres de la communauté musulmane que j'ai rencontrés hier matin, avant de prendre cet arrêté. Ils m'ont d'ailleurs conforté dans ma position", déclare Francis Giudici.

A lire aussi

Sur le même sujet

Question/Réponse : Eric Leoni, professeur à l'université de Corse

Les + Lus