"Natio, du FLNC au grand banditisme", le livre témoignage de Michel Ucciani

Le récit de Michel Ucciani, ancien soldat du FLNC, et ancien braqueur, 20 ans de prison à son actif, est sorti une semaine avant le confinement. Cette semaine, il est en Corse pour présenter le livre aux lectrices et lecteurs insulaires. Nous l'avons recontré. 
Michel Ucciani, soldat du FLNC, braqueur, 20 ans de prison au compteur, et auteur.
Michel Ucciani, soldat du FLNC, braqueur, 20 ans de prison au compteur, et auteur. © Bertini/ La Manufacture de Livres

"Je ne regrette rien, mener cette vie m'aura plu du premier au dernier jour".
Michel Ucciani annonce la couleur dès le début de son livre, Natio, du FLNC au grand banditisme, publié à la Manufacture de livres.  

Celui qui avait été emprisonné pour la première fois à 18 ans, "j'avais volé quatre pneus à un couple de touristes hollandais dans la plaine de Cuttoli", n'est pas du genre à faire amende honorable. 
Alors quand un journaliste de TV5 l'a appelé le repenti, il n'a pas vraiment apprécié. 

"Moi, je me repens de rien du tout. Je regrette rien de ce que j'ai fait, au Front ou après. Si c'était à refaire, je referais pareil.
En essayant de me faire moins prendre, bien sûr." 

Michel Ucciani part d'un petit rire de gorge, avant de rajouter :
"Et faut pas parler de confession, non plus. Les confessions, c'est pour les curés."

On a compris le message. On fait une croix sur la confession, on va passer aux aveux. Même s'il y a peu de chances que l'expression convienne plus à notre homme. 

Natio, du FLNC au grand banditisme, de Michel Ucciani
Natio, du FLNC au grand banditisme, de Michel Ucciani © Manufacture de livres

INTERVIEW

Ce livre, il aurait pu s'appeler "L'envers du décor" ?
Michel Ucciani : Pas sûr. C'est mon histoire à moi, que je raconte, pas celle du FLNC. 95 % des gars qui étaient militants en même temps que moi pendant les dix ans que j'y ai passé, ils n'ont pas bougé d'un iota. Ils sont restés purs et intègres.
C'est moi qui aie dérivé vers les braquages.
C'est mon histoire. Je ne parle au nom de personne d'autre, et encore moins au nom d'un mouvement.

Pourquoi écrire ce livre ?
J'avais pas mal de trucs à raconter, c'était un peu animé, ma vie ! Et je me disais que ça pourrait plaire. Quand j'étais incarcéré, en 2015, ça faisait un an que j'étais dedans, ça m'a traversé l'esprit. En fait, j'ai beaucoup d'amis qui ont écrit des livres, et qui avaient fait de la prison. Charlot Fiocconi, par exemple, qui a écrit Le Colombien...
Alors je me suis dit pourquoi pas moi, je suis pas plus bête qu'un autre, et puis j'en ai lu tellement, des livres de ce genre...
J'ai écrit sur deux ou trois cahiers, après je suis passé à l'ordinateur, j'ai travaillé encore deux ans, deux ans et demi, et voilà. J'avais mon livre.

Vous vous considérez plus comme un truand ou comme un militant du FLNC ?
Plus comme un truand. Aucun doute. Au final, quand je regarde en arrière, j'ai passé plus d'années de ma vie dans le banditisme qu'au FLNC. 

C'est à Cuttoli que Michel Ucciani a passé une partie de sa jeunesse, chez ses grand-parents
C'est à Cuttoli que Michel Ucciani a passé une partie de sa jeunesse, chez ses grand-parents © villages-de-corse.com

Comment vous avez basculé ?
Le déclencheur, c'est la fin des années 80. C'est là que ça s'est passé. J'étais déçu de la manière dont les choses tournaient, de ce que je voyais autour de moi. C'étaient les débuts de la scission. Moi, j'étais en Balagne, en cavale, et là-bas, c'était assez chaud. Règlements de comptes, morts, ça prenait une direction qui ne me convenait plus du tout. J'ai perdu des amis...
La lutte et moi, ça en est resté là.  

Tout s'est arrêté pour moi fin juillet 1989, j'ai stoppé toutes mes activités au sein du FLNC. Un de mes amis venait d'être tué pour s'être trop exposé et engagé pour la cause. Je trouvais que le Front faisait marche arrière côté vengeance et voulait prendre ses distances avec la mort de mon ami, après s'être beaucoup servi de lui. Cela m'a déçu. De plus, j'avais toujours en tête le fait d'avoir été balancé par d'autres militants l'année d'avant sur Ajaccio et je leur en voulais. Si je m'en étais sorti, c'était grâce à l'amnistie de Mitterrand, sûrement pas grâce à eux car avec leurs dépositions diverses, j'étais dans une sacrée merde pour les années à venir. J'ai cessé d'y croire, trop de déceptions accumulées, j'ai démissionné du FLNC. - Extrait

Vous aviez déjà un peu basculé, même avant ça... Vous racontez que vous trafiquiez de la drogue tout en militant au Front.
C'est vrai. Mais on était discrets. Comme je l'écris dans le livre, le braquo était juste toléré par le FLNC, mais alors la came, même pas besoin d'y penser. Y avait trois militants sur l'ensemble du secteur, qui étaient mouillés. On faisait ca en douce. C'était pas le secteur de Balagne qui trempait dans la came. On le faisait à l'insu des autres. 

Des dealers au Front, ça fait quand même tâche...
J'ai pensé qu'on me reprocherait d'avoir cassé le mythe, c'est vrai que j'y ai pensé. "Qu'est-ce qu'il raconte, lui, un militant du Front qui faisait de la came, il salit le mouvement"... Ce qui m'intéressait, c'était d'avoir le retour de certains militants de mon époque. Et je n'ai eu que des bons retours. Ils m'ont dit "Tu as assumé, tu as raconté les choses comme elles étaient". 

Michel Ucciani
Michel Ucciani © Bertini/La manufacture de livres

Vous vous êtes interdit de raconter certaines choses, dans votre livre ?   
Oui. Y a des histoires que j'ai laissées de côté. Ca sert à rien de raviver certains mauvais souvenirs chez les gens. Ca remonte à 30 ans, le temps est passé, je ne voulais pas remuer certaines choses. Je suis resté vague sur certains sujets épineux, on dira. 

Il y avait plus de tensions et de stress au FLNC ou chez les truands ?
 Plus au Front. Ca risquait plus de mal tourner, on était vraiment sous surveillance en permanence. On s'attendait à se faire lever à chaque fois. On était clandestins, mais on était identifiés, on était fichés, en tant que natios notoires. De toute manière, même quand il se passait un truc et que ça nous concernait pas, on se faisait lever quand même. Quand tu braques les banques, il y a plus de chances que tu te fasses lever en flagrant délit. Ils te lèvent pas juste pour le plaisir. Et en Corse, c'est ce qui se passait en permanence.

Extrait de Natio, du FLNC au grand banditisme
Extrait de Natio, du FLNC au grand banditisme © La manufacture de livres

Vous ne vous reposiez jamais ? 
Non, non ! (rires) Mais on en avait envie, ça nous plaisait. Même quand on savait qu'on avait les condés dessus, on continuait. On maintenait ce qu'on avait prévu de faire en essayant de les éviter. Mais arrêter, dans notre tête, ce n'était pas une option. Et puis quand j'étais au FLNC, ça l'était encore moins. On défendait une cause, et j'y croyais vraiment. 

A l'époque des braquages, vous aviez des liens avec le grand banditisme insulaire ?
On n'en faisait pas partie. Je les connais tous, on a lié des liens d'amitié quand on s'est croisés dans les cours de prison, sur le continent, à Paris, Marseille ou Aix, mais c'est tout. On braquait, et on était des Corses, mais on faisait partie d'aucune structure. 
Avec la Brise, ceux du sud, celle de Venzolasca, on est proches, mais on ne faisait pas partie des équipes.
On braquait pour nous. 

Quel regard porterait le Michel Ucciani des années 80 sur la Corse d'aujourd'hui, où les nationalistes ont au pouvoir ?
Au départ, c'était un rêve, c'était un idéal, ça ne nous semblait pas possible. Y avait eu 1984, c'est vrai, avec les premières élections, les premiers élus, mais je ne pensais pas que ça allait prendre une telle ampleur...
Pour arriver à ce niveau-là, il a fallu mettre de l'eau dans son vin, et ce n'est plus les mêmes nationalistes. Ce sont des modérés maintenant qui sont à l'Assemblée.
Le pouvoir appartient aux modérés. Et ceux qui étaient virulents avant, ils sont devenus modérés. 

Illustration. Gilles Simeoni, président du conseil exécutif de Corse.
Illustration. Gilles Simeoni, président du conseil exécutif de Corse. © FTV

Le dépôt des armes en 2014 vous l'avez vécu comment ?
La lutte armée c'est pas une finalité, il a bien fallu passer par le politique, le mouvement n'avait plus d'avenir...
Je ne sais pas s'il est définitif, néanmoins. Je l'espère, mais il faudra qu'il y ait des avancées parce que pour l'instant... Tout reste décidé à Paris, la liberté de mouvement à la Région n'est pas énorme. Mais est-ce qu'il reste des gens qui ont les capacités, l'envie, de reprendre la lutte armée ? Qui accepteraient de se sacrifier, de se mouiller, d'aller au charbon, au casse-pipe, en sachant qu'il y a des années à la clé ? J'en doute. 

A la fin du livre, votre seul regret, c'est de ne pas avoir vu grandir votre fille et vos petit-enfants... Quel regard ils portent sur votre parcours ?
Ma fille ne m'a jamais jugé. Jamais aucun reproche. Elle n'a jamais porté aucun mauvais regard sur ce que j'ai pu faire. Mes petits-enfants, pareil. Je ne les vois pas très souvent, mais on se parle. Ils ont tous lu le livre bien sûr (rires) ! Ils savent ce qu'a été ma vie, ils ont grandi avec ça. Au moins il savent pourquoi ils ne me voyaient pas. 

Dédicaces
  • Porto-Vecchio, mercredi 23 septembre de 16h30 à 19h à la librairie Le verbe du Soleil
  • Bastia, vendredi 25 septembre à la librairie A piuma lesta, à 16h30
  • Ajaccio, samedi 26 septembre à 10h30 à la librairie Les palmiers, à 15h à l'Espace culturel Leclerc de Baleone
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
criminalité faits divers