• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Bastia : 89 clubs sportifs et associations réunis Place Saint-Nicolas pour la fête du sport

© Christian Giugliano/FTVIASTELLA
© Christian Giugliano/FTVIASTELLA

La Fête du Sport se déroule jusqu'à dimanche soir à Bastia. 89 clubs et associations sont présents Place Saint-Nicolas. Cette année encore, les sports collectifs et la natation ont la cote. 

Par France 3 Corse ViaStella

Des sports de pleine nature aux activités ludiques, le choix est vaste. La gymnastique offre, par exemple, la possibilité de s’exprimer avant de développer plus tard leur potentiel. 

« Je pense que c’est l’un des sports de base pour le développement physique, et même intellectuel des enfants. On peut récupérer les enfants à partir de trois ans. C’est l’un des rares sports où on peut les prendre vraiment très petits », explique Jean-Paul Simoni, président de l'association Espoir Bastia Gymnastique.

 
Bastia : 89 clubs sportifs et associations réunis Place Saint-Nicolas pour la fête du sport
Intervenants - Jean-Paul Simoni, président de l'association Espoir Bastia Gymnastique ; Pierre-Mathieu Nicolaï, père de famille ; Youssef Elouar, président du Furiani Club Basket ; Jean-Baptiste Patamia, entraîneur natation ASPTT Bastia. Equipe - Solange Graziani ; Christian Giuliano ; Julien Castelli


Du côté des parents, tout est bon à prendre. Il suffit que les enfants échappent au piège de la sédentarité. Si c’est en groupe, l’émulation est là, et les sports collectifs ont toujours la cote. « Apprendre à jouer ensemble avec les copains. Et puis le côté santé, faire du sport, se dépenser et être en forme », souligne Pierre-Mathieu Nicolaï, père de famille. 
 

« Les jeunes voudraient tout faire »


Durant deux jours les clubs et associations vont enregistrer 40 à 50 % de leurs inscriptions annuelles. Mais les contraintes quotidiennes vont faire chuter ces taux. « Ça se tasse un peu parce que les tous jeunes se cherchent. Ils voudraient tout faire, mais il faut faire avec les contraintes des horaires scolaires », indique Youssef Elouar, président du Furiani Club Basket.

Dans le tableau sportif, la natation reste en bonne place, même si elle est obligatoire à l’école. Bien savoir nager est toujours une préoccupation majeure pour les parents. « Beaucoup de personnes ont des piscines et donc ça devient logique de devoir apprendre à nager à son enfant. Le père qui donne un cours à son fils, ça marche de moins en moins, parce que c’est quand même un métier. Il y a des bases à apprendre qui sont très importantes », soutient Jean-Baptiste Patamia, entraîneur natation ASPTT Bastia. 

Et si transpirer peut faire peur à quelques-uns, ils peuvent toujours muscler leurs neurones avec les échecs.
 

Sur le même sujet

Centre d’enfouissement de Prunelli di Fium’Orbu, dialogue de sourds

Les + Lus