Bastia : inauguration de la sculpture « Paysage temps Kyrnos » de l’artiste Jeanne de Petriconi

Vendredi 3 janvier, la sculpture « Paysage temps Kyrnos » de l’artiste Jeanne de Petriconi a été inaugurée à Bastia. / © Typhaine Urtizverea / FTVIASTELLA
Vendredi 3 janvier, la sculpture « Paysage temps Kyrnos » de l’artiste Jeanne de Petriconi a été inaugurée à Bastia. / © Typhaine Urtizverea / FTVIASTELLA

Vendredi 3 janvier, la sculpture « Paysage temps Kyrnos » de l’artiste Jeanne de Petriconi a été inaugurée à Bastia. La sculptrice a voulu rendre hommage à ses racines corses en collaborant notamment avec des artisans locaux. 

Par France 3 Corse ViaStella

L’artiste Jeanne de Petriconi partage son temps entre la Corse, Madrid et quelques expositions internationales. Pour la première fois de sa carrière, une de ses sculptures, « Paysage temps Kyrnos », trouve une place pérenne. 

C’est au détour d’une ruelle de la citadelle de Bastia que l’œuvre aux faces tranchantes et lumineuses a fleuri après avoir été présentée à l’arsenal de Venise et dans plusieurs espaces d’expositions. Une pièce de jeunesse, primée, que l’artiste a imaginée en 2008. « Je l’ai totalement repensée au niveau conceptuel et au niveau des matériaux parce qu’elle doit maintenant faire face aux contraintes climatiques », explique la sculptrice. 
 
Bastia : inauguration de la sculpture « Paysage temps Kyrnos » de l’artiste Jeanne de Petriconi
Intervenants - Jeanne de Petriconi, Artiste ; Philippe Peretti, adjoint au maire de Bastia, délégué au patrimoine ; Jean-André Felicelli, Ferronnier Equipe - Lisa Macineiras ; Typhaine Urtizverea.
 

« Nous remettre en question »

Originaire de Bastia, c’est sur la terre de ses ancêtres que la jeune femme a trouvé l’inspiration. Un lien à la Corse qu’elle entretient aussi en travaillant avec des artisans locaux. Ainsi, pour cette œuvre, Jeanne de Petriconi a passé plusieurs semaines à leurs côtés. « C’est la première fois qu’on réalise une sculpture et que l’on collabore avec un artiste. C’était très intéressant, ça nous a permis de nous remettre en question parce que c’était un principe assez complexe », livre Jean-André Felicelli, ferronnier. 

Cette première commande publique de 24.000 euros de la municipalité de Bastia et une reconnaissance pour l’artiste. Et l’occasion, pourquoi pas, de développer d’autres projets dans l’île. 


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus