• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Bastia : premier acte de la mobilisation en faveur de la langue corse

© Anne-Marie Leccia / FTVIASTELLA
© Anne-Marie Leccia / FTVIASTELLA

Un appel à manifester en faveur de la langue corse, le 23 mars à Ajaccio, est lancé par le collectif Parlemu u Corsu, et est soutenu par de nombreuses associations. Premier acte de cette mobilisation ce dimanche à Bastia, en présence d'artistes, afin de sensibiliser à ce projet.

Par France 3 Corse ViaStella

Chants corses ce dimanche 17 mars sur la place Saint-Nicolas de Bastia. Des chanteurs connus ou non continuent de penser que la langue corse n’existera que si son officialité est un jour reconnue. « J’entendais quelqu’un qui disait, c’est un groupe corse, ils chantent en corse, mais quand ils parlent entre eux, ils parlent français. Ca ce n’est pas possible », estime Ghjanlucca Ciccoli, membre du groupe A Ricuccata.
 
Bastia : premier acte de la mobilisation en faveur de la langue corse
Intervenants - Ghjanlucca Ciccoli, Membre du groupe A Ricuccata ; Micheli Leccia, Président de Parlemu Corsu ; Paul Turchi-Duriani Formateur à pratica lingua. Equipe - Pierre Nicolas ; Christian Giugliano.


L’État affirme tout faire pour aider la langue corse notamment dans l’Éducation nationale. Mais le collectif Parlemu Corsu, par exemple, en doute. « On fait croire que l’on fait, mais tout ce qui arrive, arrive toujours trop tard. Et en plus, il y a une volonté de détricoter tout ce qui a été fait. Non seulement, on ne se sent pas responsable, mais on veut dénoncer que c’est l’État qui est responsable de la situation. Il cherche à nous faire culpabiliser, mais on ne l’acceptera pas », lance Micheli Leccia, président de Parlemu Corsu. 

Certains se demandent aussi si Paris a réellement envie de discuter sur le cas de la langue corse. Un rendez-vous est donné le 23 mars à Ajaccio. Les élus régionaux et nationaux seront sans doute interpellés par la question. 



 

A lire aussi

Sur le même sujet

Corse : signature de la 4e convention tripartite entre l’État, la collectivité et l’université 

Les + Lus