Emmanuel Macron s’exprimera mercredi 7 février au centre culturel Alb’oru devant les forces vives de la Corse. 500 personnes sont attendues, des élus ainsi que des entrepreneurs, avec de fortes attentes envers le président.

Mercredi 7 février, dans l’après-midi, Emmanuel Macron prononcera un discours très attendu, censé donner les grandes lignes de sa vision politique et économique de la Corse. Il s’exprimera au centre culturel de l’Alb’oru à Bastia, aux alentours de 15h30.

Parmi les 500 personnes conviées, une large part sera constituée d’élus : conseillers territoriaux, maires et présidents de communautés de communes. Et leurs attentes sont multiples.

« Moi je voudrais qu’il n’enlève pas la taxe d’habitation, parce que ça grève vraiment les budgets. », demande Anne-Marie Natali, maire de Borgo. François Tatti, président de la communauté d’agglomération de Bastia souhaite plus de compétences : « J’aimerais que la Corse […] puisse avoir des responsabilités nouvelles. La responsabilité locale est devenue incontournable pour la réussite d’un territoire. »


Des mesures concrètes pour réduire le chômage


Sur le plan économique, les espoirs sont aussi forts dans une île au taux de chômage record. Les présidents des chambres de commerce et d’industrie, des chambres des métiers et de l’artisanat ou encore le président du MEDEF assisteront au discours d’Emmanuel Macron.

« Ce dont nous avons besoin en Corse en tant que chef d’entreprise c’est d’une vision à long terme pour que nous puissions nous projeter, faire des investissements et créer des emplois. », insiste Charles Zucarelli, président du MEDEF.
« Si on nous donne les moyens d’embaucher au moins une personne, le chômage en Corse baisserait immédiatement. Pour relancer l’économie, il faut des mesures concrètes », demande Jean Charles Martinelli président de la Chambre régionale de métiers de la Haute-Corse.

Dans son discours, le président pourrait, selon certaines sources, annoncer un nouveau plan d'investissements pour la Corse.