Élections municipales 2020 : Jean-Martin Mondoloni, candidat Les Républicains à Bastia, présente sa démarche

Lundi 18 novembre, Jean-Martin Mondoloni, candidat aux élections municipales 2020 à Bastia, a présenté sa démarche. / © Guillaume Leonetti / FTVIASTELLA
Lundi 18 novembre, Jean-Martin Mondoloni, candidat aux élections municipales 2020 à Bastia, a présenté sa démarche. / © Guillaume Leonetti / FTVIASTELLA

 Jean Martin Mondoloni, candidat Les Républicains aux prochaines élections municipales à Bastia,  a tenu une réunion publique lundi 18 novembre. Il a présenté les premiers éléments de son programme et réaffirme sa volonté d'ouverture.

Par France 3 Corse ViaStella

Première pique, lundi 18 novembre, Jean-Martin Mondoloni rappelle à l’auditoire que Gilles Simeoni a quitté son fauteuil de maire après 20 mois de mandat pour le conseil exécutif de la collectivité de Corse. 

« Vous avez vécu comme une offensive ce qui a profondément meurtri les Bastiais. Les Bastiais ont besoin de désigner un maire et une fois qu’ils l’ont désigné, ils ont besoin de voir ce maire du premier jour au dernier jour de leur mandat, quelles que soient les ambitions qu’on puisse nourrir par ailleurs », insiste Jean-Martin Mondoloni, tête de liste Bastia Altrimente.

 
Municipales 2020 : Jean-Martin Mondoloni, candidat Les Républicains à Bastia, présente sa démarche
Intervenants - Jean-Martin Mondoloni, Tête de liste "Bastia Altrimente" ; Sylvie Retali-Andreani, Ancienne conseillère départementale de gauche. Equipe - Solange Graziani ; Guillaume Leonetti ; Christophe Gineste.


Pour constituer sa liste, le candidat Les Républicains (LR) s’est entouré de professionnels de la santé, comme Joseph Lucciardi, chirurgien à l’hôpital de Bastia ou Antoine de Zerbi, ancien soutien de Gilles Simeoni, mais aussi Sylvie Retali Andreani, orthophoniste. 
 

Soutiens de toujours


De quoi surprendre les électeurs, cette dernière aux couleurs du MCD, a soutenu François Orlandi pour accéder au conseil départemental de la Haute-Corse. « J’ai été MCD un an et quand j’étais au conseil départemental élue, je n’étais déjà plus MCD. Et sur la question de cet engagement, Mr Mondoloni ne m’a pas demandé de changer », soutient-elle. 

Appuyé par ses soutiens de toujours, comme Jean Baggioni, Jean-Martin Mondoloni fait tomber un tabou cher à son parti : l’ouverture à gauche. Une démarche visiblement acceptée par les instances nationales du parti LR. 

 


Jean-Martin Mondoloni bénéficie également du soutien de François-Xavier Ceccoli, président des LR en Haute-Corse. 


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus