Hôpital de Bastia : deux nouveaux outils pour réaliser des opérations jusque-là pratiquées sur le continent

L’hôpital de Bastia dispose désormais d’un équipement à la pointe de la technologie. Le service de neurochirurgie est équipé d'un scanner opératoire et de neuro-navigation. Il permet de réaliser, en Corse, des opérations qui nécessitaient jusque-là de se rendre sur le continent.

Le service de neurochirurgie est équipé d'un scanner opératoire et de neuro-navigation.
Le service de neurochirurgie est équipé d'un scanner opératoire et de neuro-navigation. © Maia Graziani / FTVIASTELLA
Une première en France pour un centre hospitalier général. Depuis quelques mois, la salle numéro 5 du bloc opératoire de l’hôpital de Bastia est équipée d’un scanner opératoire. L’outil permet aux neurochirurgiens d’être indépendants de tout matériel et imagerie extérieurs. 

Jusqu'ici, les scanners opératoires étaient réservés aux centres hospitaliers universitaires ou aux grosses cliniques du continent. Le service s'est aussi équipé en neuro-navigation rattrapant un retard de 20 ans sur les services de neurochirurgie continentaux

 
Depuis quelques mois, la salle numéro 5 du bloc opératoire de l’hôpital de Bastia est équipée d’un scanner opératoire.
Depuis quelques mois, la salle numéro 5 du bloc opératoire de l’hôpital de Bastia est équipée d’un scanner opératoire. © Maia Graziani / FTVIASTELLA
La machine reconnaît le positionnement du patient, le scanner peut être lancé.
La machine reconnaît le positionnement du patient, le scanner peut être lancé. © Maia Graziani / FTVIASTELLA
Sur l'écran, la tumeur s'affiche. Le chirurgien peut désormais vérifier son emplacement exact grâce à un stylet.
Sur l'écran, la tumeur s'affiche. Le chirurgien peut désormais vérifier son emplacement exact grâce à un stylet. © Maia Graziani / FTVIASTELLA
Une fois la boîte crânienne ouverte, le chirurgien tombe pile sur la zone à traiter.
Une fois la boîte crânienne ouverte, le chirurgien tombe pile sur la zone à traiter. © Maia Graziani / FTVIASTELLA


Explications avec l’opération d’une tumeur au cerveau. Avant l'intervention, le chirurgien commence par installer une étoile à quatre branches, équipées de microbilles réfléchissantes, qui vont servir de repères pour la navigation grâce à une caméra infrarouge.
 
La machine reconnaît le positionnement du patient, le scanner peut être lancé. Sur l'écran, la tumeur s'affiche. Le chirurgien peut désormais vérifier son emplacement exact grâce à un stylet, équipé lui aussi de billes réfléchissantes, et ce, à chaque étape de l'opération.
 

Zone à traiter


Une fois la boîte crânienne ouverte, le chirurgien tombe pile sur la zone à traiter. Après quelques minutes, l'ablation est terminée.
 
Hôpital de Bastia : deux nouveaux outils pour réaliser des opérations jusque-là pratiquées sur le continent

Pour le service de neurochirurgie, comme pour les patients, ces technologies nouvelles élargissent le champ des possibles. « Il y a des opérations qu'on appelle les biopsies de tumeurs profondes qu'on ne pouvait pas faire avant parce qu'on n'avait pas d'équipement. Maintenant, on peut les faire, comme ça la tumeur voyage et le patient reste en Corse avec sa famille », explique le docteur Karim Moubarak, chef du service de neurochirurgie de l'hôpital de Bastia. 

Tout ceci a un coût : 20.000 euros par mois en location. Mais avec les nouvelles opérations planifiées grâce à ces outils, le budget devrait rester à l'équilibre.


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société