Manifestation de Bastia : le calme est revenu en ville après les violents incidents

Publié le Mis à jour le
Écrit par A.S. et A.B

En marge du rassemblement organisé ce dimanche à Bastia en soutien à Yvan Colonna et aux prisonniers "politiques", de violents affrontements ont éclaté entre des manifestants et les forces de l'ordre. Ces heurts ont pris fin vers 21h30. Un premier bilan fait état de 38 blessés.

C'est lorsque le cortège est arrivé devant la préfecture de la Haute-Corse, vers 16h10, que les premiers heurts ont éclaté. Jusque-là, la manifestation en soutien à Yvan Colonna et aux prisonniers "politiques" s'était déroulée sans incident, au rythme des chants et des slogans scandés par une foule nombreuse : 7.000 personnes selon la police, entre 10.000 et 12.000 d'après les organisateurs.

Face aux grilles de la préfecture, une grosse centaine de manifestants, masqués et gantés, ont jeté des cocktails Molotov, des pierres, des fumigènes et autres pétards en direction des CRS qui ont répliqué avec des gaz lacrymogènes. "Environ 300 individus cagoulés ont attaqué la préfecture, le bâtiment de la collectivité de Corse et les forces de l’ordre avec divers projectiles", indique le préfet de Haute-Corse dans un communiqué publié ce dimanche soir à 20 heures.

Très vite, juste après ces premiers heurts, une partie de la foule s'est repliée dans la rue Gabriel Peri pour échapper aux émanations et aux projectiles.

 

Le bâtiment du Trésor public attaqué

Après s'être concentrés vers la rue Carnot, sous la préfecture, les incidents se sont déplacés à 17h30 vers la Direction départementale des Finances publiques. Le bâtiment a été attaqué. Un incendie s'est déclaré à l'intérieur. Les pompiers sont intervenus et l'ont maîtrisé.

Vers 18h30, les affrontements ont redoublé d'intensité avec plusieurs charges opposant les gendarmes mobiles et les manifestants.

Une heure plus tard, les forces de l'ordre se trouvaient au milieu de l'avenue Maréchal Sébastiani, au niveau de La Poste où les tensions étaient encore très vives. D'ailleurs, le bâtiment a lui aussi subi des dégradations.

38 blessés à 20 heures

À 20 heures, un premier bilan de la préfecture faisait état de 38 blessés : 24 parmi les forces de l’ordre, 13 chez les manifestants et un passant. "Deux manifestants ont été pris en charge au niveau du point de regroupement des victimes des sapeurs pompiers, indique le préfet qui "condamne avec la plus grande fermeté ces violences" et  précise que "le bilan des blessés est fortement évolutif et que leur état sera communiqué ultérieurement". 

Un gendarme molesté

Au cours de ces affrontements, un gendarme mobile a été violemment pris à partie. "Il a été isolé et passé à tabac par des manifestants, précise Arnaud Viornery, procureur de la République de Bastia. Ils lui ont pris son arme avant de la lui rendre sans le chargeur." 

"Les émeutiers ont tiré à de nombreuses reprises à la carabine à plomb sur des membres des forces de l’ordre, indique le communiqué de la préfecture. Un policier a été touché alors qu’il se trouvait de dos." Le procureur de Bastia confirme des blessures "compatibles avec l'usage d'un tir aux plombs".

21h30 : la situation s'apaise

À 20h30, le calme n'était toujours pas revenu dans la ville, même si quelques jeunes manifestants commençaient à se disperser. Les prémices d'un début d'apaisement qui sera effectif une heure plus tard.

Ces violences urbaines ont finalement cessé vers 21h30, après plus de cinq heures d'affrontements ayant causé d'importants dégâts dans le centre-ville de Bastia.