Calvi : un pompier agressé dans l'exercice de ses fonctions

Patrick Renaud, sergent-chef des pompiers de Calvi, a été blessé à la tête le 18 août par un jeune homme à qui il portait secours. / © Christian Giugliano
Patrick Renaud, sergent-chef des pompiers de Calvi, a été blessé à la tête le 18 août par un jeune homme à qui il portait secours. / © Christian Giugliano

Un sapeur-pompier du centre de secours de Calvi a été agressé, ce dimanche 18 août matin, par un homme à qui il portait secours. Le SIS2B a porté plainte pour cet acte jugé « inadmissible ». Le mis en cause a été interpellé. Il passera devant la justice le 10 janvier prochain. 

Par Axelle Bouschon

« C'est surtout l'acte qu'il faut condamner. Moralement, physiquement, je vais bien ». Patrick Renaud, sergent-chef des sapeurs-pompiers de la caserne de Calvi, se veut rassurant.

Agressé ce dimanche 18 août par un homme à qui il portait secours, il souffre d'une plaie à la tête qui a nécessité plusieurs points de suture, et a obtenu 8 jours d'interruption de travail.

Le pompier de 52 ans s'est malgré tout rendu à la caserne, dès le lendemain. Pour rassurer ses collègues, affectés de voir un des leurs blessé.
 

On est passés à côté d'une catastrophe


Mais aussi pour rencontrer le président du SIS2B, Guy Armanet, et son directeur adjoint, le lieutenant colonel Jean-Jacques Peraldi, venus lui manifester leur soutien.

Tous sont soulagés de voir Patrick Renaud en forme, parmi eux. Mais pour le président du SIS2B, l'heure est désormais venue de tirer des leçons de cet incident :

« On est passés à côté d'une catastrophe. Il faut le dire haut et fort, et désormais mettre en place des sanctions exemplaires ». Et surtout, insiste Guy Armanet, faire en sorte que plus aucune agression contre des pompiers ne puisse arriver.

Car au-delà des attaques physiques, les pompiers doivent aussi faire face, trop souvent, à des agressions verbales, rappelle Jean-Jacques Peraldi :

« On essaie d'avoir un contact humain et un dialogue avec les victimes, pour apaiser les choses. Mais dans les cas où les personnes n'ont pas un comportement qu'on pourrait qualifier de normal, on se retrouve bien souvent désarmés
 
 

Violence


Les faits se sont déroulés tôt, aux alentours de 6h30 du matin, le dimanche 18 août.

Les sapeurs-pompiers du centre de secours de Calvi sont appelés peu avant 5h45 pour porter secours à un homme de 23 ans, souffrant d’une plaie profonde au bras.

Il aurait à priori donné des coups de poing dans une vitrine de magasin, et se serait ouvert les mains et les avants bras en brisant la glace.

Le jeune homme, qui serait à priori un saisonnier, est aussitôt pris en charge, et transporté au centre hospitalier de Calvi - Balagne.

Mais une fois arrivé aux urgences, le blessé devient agité, et fait preuve de violence à l’égard des pompiers.
 

Le mis en cause devant la justice le 10 janvier prochain


Ces derniers l'immobilisent donc au sol, et le relâchent finalement sur demande d’un personnel soignant de l’antenne médicale de Calvi.

L’homme s’en prend aussitôt aux pompiers, donnant lieu à un échange de coups, durant lequel il blesse Patrick Renaud, chef d’équipage du centre de secours de Calvi à la tête.
 
Sa plaie a nécessité 6 points de suture, et une ITT de 8 jours. Si la blessure est quelque peu douloureuse, le sergent-chef n'a pas eu besoin d'être hospitalisé, et a pu rapidement rentrer chez lui pour se reposer.

Le mis en cause, un temps hospitalisé, a été interpellé à sa sortie de l'hôpital, et placé en garde à vue. Il fait l'objet d'une convocation devant le juge unique le 10 janvier prochain. 

 

Plainte 


Dans un communiqué de presse, le président du conseil d’administration et le directeur adjoint par intérim du service d’incendie et de secours de la haute-Corse ont fait part de leurs vœux de « prompt rétablissement et leur entier soutien au pompier blessé ainsi qu’à ses proches et à l’ensemble de ses collègues. »
 

Une plainte a par ailleurs été déposée dans l'après-midi suivant l'agression par les services du SIS2B, « afin que l’auteur de cette agression réponde de ses actes ».

Deux infirmières présentes au moment de l'agression, ainsi que la propriétaire de la boutique endommagée par le mis en cause ont fait de même.

Cette agression a suscité une vive émotion et donné lieu à de nombreux messages de soutien au pompier attaqué.

 

Ce sont des choses qui peuvent arriver, mais cela reste de l'ordre de l'épiphénomène


À en croire un membre des pompiers de Haute-Corse, ce genre d’agissement reste fort heureusement peu commun :

« C’est assez peu fréquent ici. Avec l’alcool ou d’autres substances, ce sont des choses qui peuvent arriver mais cela reste vraiment de l’ordre de l’épiphénomène. »
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus