• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

À Calvi, la calèche remplace le camion benne à ordures

© Christian Giugliano/France 3 Corse ViaStella
© Christian Giugliano/France 3 Corse ViaStella

Deux chevaux de trait comtois et une benne specialement fabriquée pour l'occasion. Voilà ce qui est nécessaire pour remplacer le traditionnel camion à ordures dans la communauté de communes de Calvi Balagne. L'expérience est menée durant un mois, et les avantages sont nombreux. 

Par France 3 Corse ViaStella

Dans la pinède de Calvi, un attelage peu ordinaire débute sa tournée au rythme des clochettes. Cette calèche n’est pas là pour les loisirs mais pour collecter les déchets.

Selon Jean-Baptiste, cocher de métier, ce travail avec des chevaux de trait comtois est adapté à cet environnement fragile. « Le cheval est un quatre roues motrices permanent. Il peut aussi bien aller sur la plage, se faufiler un peu partout.

Les gens font beaucoup plus attention aux chevaux qu'au camion, tout le monde nous attend, tout le monde nous connaît. Ils sont très heureux de voir le travail du cheval. Ça fait une petite animation en même temps qu’un grand travail écologique
», estime-t-il.

À Calvi, la calèche remplace le camion benne à ordures
Intervenants : Jean Baptiste Ricard Cocher ; Erwan Berroche, chargé d'études en aménagement du territoire ; François-Marie Marchetti, président de la communautée de communes Calvi Balagne. Reportage : BERNARDI François-Albert ; GIUGLIANO Christian ; LOUCHE Anne-Laure

Le cheval plus rapide que le camion


Avec ce système, pas besoin de bennes différentes  ou de plusieurs camions. Il permet de récolter tout type de déchets en une seule rotation.
Mais ce n’est pas le seul avantage. « À partir du moment où on a une collecte qui se fait en tri sélectif et en porte à porte, le cheval travaille plus rapidement qu’un camion.

Il faut savoir que dans ce type de collecte, les chevaux travaillent en moyenne à 6km/h alors que les camions sont plutôt à 5km/h
», indique Erwan Berroche, chargé d'études en aménagement du territoire.

Imaginée pour cette expérience, la calèche a coûté près de 25 000 euros à la communauté des communes. Fabriqué spécialement pour le sable, l’attelage va au plus près des 16 restaurants de plage.  Après une période test d’un mois, cette prestation, assurée par un centre équestre, pourrait être reconduite la saison prochaine.


A lire aussi

Sur le même sujet

ITW - Eugénie Bogdanova, Réceptionniste saisonnière

Les + Lus