• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Corte : la condition humaine au cœur du travail de l’artiste Leonardo Boscani 

© Jacques Paul-Stefani/FTVIASTELLA
© Jacques Paul-Stefani/FTVIASTELLA

L'artiste sarde, Leonardo Boscani, a pris ses quartiers au Fond régional d'art contemporain à Corte, jusqu'au 10 octobre dans l’exposition « La condition humaine. Très actif sur le plan culturel et social, Léonardo Boscani travaille sur les problématiques contemporaines liées aux territoires.

Par France 3 Corse ViaStella

Leonardo Boscani est un homme et un artiste engagé. Au lieu d’exposer des thèses, il partage des expériences fortes et des sentiments éprouvés à travers ses œuvres. « Il est devenu un artiste après avoir été militant. Il dit que c’est l’expression de l’art qui lui a permis, après les luttes des années 1970 auxquelles il a activement participé, de diffuser sa façon de penser et ses messages qu’il envoie à l’humanité », explique Anne Alessandri, Directrice du fond régional d’art contemporain (Frac) de Corse et commissaire de l'exposition. 

D’un monde à l’autre, les migrants sont au centre du travail de Leonardo Boscani. Sur l’une de ses installations, des photographies de trois jeunes africains dont le visage est caché derrière des boites en carton. Ils sont arrivés en Italie après avoir traversé le désert afin de traverser la Méditerranée de la Libye vers l’Europe. 

 
Corte : la condition humaine au cœur du travail de l’artiste Leonardo Boscani 
Intervenants - Anne Alessandri, Directrice du F.R.A.C et Commissaire de l'exposition Equipe - Marie Cristiani ; Jacques Paul-Stefani ; Vanessa Culioli
 

Ministère de l’exode


C’est est en se basant sur leur art traditionnel que Boscani a travaillé, jusqu’à faire de ces jeunes hommes des gardiens de ce que l’artiste nomme le ministère de l’exode. Un travail qui interpelle. 

« C’est leur donner la dimension de sentinelles. Et c’est aussi imaginer que derrière le masque il y a aussi un mystère. On ne sait pas ce que peuvent devenir ces gens mis à l’écart. C’est quelqu’un qui croit en l’homme. Ce n’est pas quelqu’un qui est dans l’aigreur dans la constatation de l’échec. Il pense qu’on peut changer le monde », reprend Anne Alessandri. 

Les œuvres de Boscani sont à découvrir jusqu’au 10 octobre prochain au Frac de Corse à Corte. 

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Oscaro racheté par la maison mère d'Autodis

Les + Lus