Covid-19 : dans un Ehpad de Corte, l'arrivée du vaccin entre espoir et doute

L’Ehpad U Serenu à Corte sera l'un des premiers à débuter la campagne de vaccination, à partir du 4 janvier 2021. Et si la majorité des résidents a déjà donné son accord pour se faire vacciner, de nombreux résidents hésitent encore.

La campagne de vaccination débutera à partir du 4 janvier en Corse.
La campagne de vaccination débutera à partir du 4 janvier en Corse. © Alpha Press/MaxPPP

La campagne de vaccination* au Covid-19 arrive à grands pas. En Corse, elle débutera à partir du 4 janvier 2021 dans plusieurs Ehpad de Corse, dont l’Ehpad U Serenu à Corte, et pourrait permettre de redonner un peu de légèreté à un établissement soumis à des mesures drastiques : tests hebdomadaires, masque obligatoire et gel obligatoire.

L’annonce du début de la vaccination a été accueillie avec espoir et méfiance dans l’Ehpad de Corte. Sur les 102 résidents que compte l’établissement, une soixantaine de résidents a exprimé son souhait de se faire vacciner.

Mais près de 40 restent encore indécis, voire réticents, alors que la vaccination s’effectue après le consentement du résident ou du tuteur.

"Quand j’ai entendu à la télévision qu’on allait passer en premiers, j’ai dit “on est des cobayes.”

Dominique-Andrée Brandisi, résidente depuis 7 ans et demi

"Quand j’ai entendu à la télévision qu’on allait passer en premiers, j’ai dit "on est des cobayes". Je me suis dit : “non, j’ai 88 ans et à mon âge, je ne veux pas être un cobaye" explique Dominique-Andrée Brandisi, résidente depuis 7 ans et demi.

"Je suis dans la catégorie des vulnérables, et j’aimerais me mettre du côté de la vie."

Jean Alfonsi, résident depuis 5 ans

Et même si une certaine méfiance entoure l’arrivée du vaccin, l’accueil a été plutôt positif à l’Ehpad U Serenu. Jean Alfonsi y vit depuis 5 ans, et il est "pour". "J’aimerais bien qu’on arrête cette pandémie qui est en train de sévir sur toute la France. Je suis dans la catégorie des vulnérables, et j’aimerais me mettre du côté de la vie."

Optimiste partagé du côté du directeur de l’Ehpad. "Je suis optimiste, confie Christian Campana. La vie que nous menons est difficile,  on est constamment en stress de savoir si on ne ramène pas le virus, qui peut être ravageur, auprès de nos résidents. Alors oui, c’est un espoir."

* la phase 1 de la campagne de vaccination concerne les résidents en Ehpad et les professionnels de santé à risque exerçant dans ces établissements.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société