Des entreprises insulaires réfléchissent aux transports propres de demain

Les moyens de transports et de déplacement respectueux de l'environnement vont prendre une place de plus en plus importante dans les années à venir. L'université a organisé un colloque sur ce thème mercredi à Corte. Des entreprises s'engagent déjà dans ce domaine. 

Par France 3 Corse ViaStella

Des stations solaires pour recharger les véhicules électriques, voilà le concept développé par une entreprise insulaire. Depuis 2016, cette initiative fait des émules que ce soit sur Bastia ou Ajaccio.

Il faut dire que pour le moment, les propriétaires rechargent gratuitement leur voiture. « On sent ces derniers mois un engouement pour le véhicule électrique puisque pratiquement toutes les semaines nous distribuons un badge à un nouveau propriétaire de véhicule électrique.

On sent venir un engouement et ça intéresse les gens de devenir écologique et de rouler propre
», indique Paul Antoniotti, gérant de Corsica Sole. 

Des entreprises insulaires réfléchissent aux transports propres de demain
Intervenants : Paul Antoniotti Gérant de Corsica Sole ; Sébastien Rognoni Concepteur d'Appebike ; Ghjuvan Carlu Simeoni Femu Qui. Reportage : GRAZIANI Solange ; GOUTY Alex ; PIHIER Leslie.

Relier la Corse à la Sardaigne


En 2018, une quinzaine de stations solaires devraient fleurir sur tout le territoire insulaire. Et c’est ce type d’initiative que l’université de Corte souhaite mettre en avant. D’autres sociétés développent la location de vélos électriques grâce à une application sur portable. Cette offre a connu un grand succès cet été.

Quant au voyage par ondes magnétiques, ce n’est pas encore pour demain. La société d’investissement corse Femù Qui propose dans le projet Hyperloop One de relier le nord de la Corse au sud de la Sardaigne.

Mais il faut trouver les fonds pour effectuer les études de faisabilité. « Ça va faire l’objet de notre part de recherches de bailleurs de fonds que ce soit privés ou publics. C’est un processus qui va être long […] », explique Ghjuvan Carlu Simeoni, Femu Qui.

Tous les esprits ingénieux sont les bienvenus pour opérer une révolution de l’énergie. La collectivité territoriale souhaite arriver à 22% d’énergies renouvelables en 2023.


A lire aussi

Sur le même sujet

Territoriales : pas d'alliance à droite pour le second tour

Près de chez vous

Les + Lus