Municipales 2020 à Corte : le débat

Publié le Mis à jour le

REPLAY : pas de 4ème mandat pour Tony Sindali. C'est son premier adjoint, Xavier Poli, qui représentera la municipalité sortante, enrichie d'anciens opposants de gauche. Face à lui, Vanina Borromei, présidente de l'office des transports, à la tête d'une union PNC-Femu, plutôt rare ces temps-ci...

VERBATIM :

La perspective d'un vote "dégagiste": 

"Tout peut arriver en politique, mais je ne redoute rien. Il appartiendra aux électeurs de Corte de décider qui de madame Borromei ou de moi même présidera demain la ville universitaire de la Corse" - Xavier Poli


Le cumul des mandats/les élections territoriales :


"Je suis focalisé sur l'élection municipale de Corte. Je n'ai pas pour habitude de faire le lendemain ce que j'ai dit la veille. Je prends un engagement, je ne serai pas présent aux élections territoriales. Je me concentrerai, si les Cortenais me font confiance pour le faire, à être maire de Corte. Je ne considère pas que l'élection municipale doit être un prémice ou un tremplin à une élection territoriale qui a ses propres enjeux. Il appartient à chaucun d'être clair et lisible sur ses intentions, moi c'est ce que j'essaie de faire." - Xavier Poli

"Il reste un an jusqu'à l'échéance de la prochaine élection territoriale. J'irai au bout de ce mandat [au conseil exécutif et en tant que présidente de l'office des transports]. Je crois qu'il est possible de cumuler et en tous cas de terminer ce mandat. Il y a beaucoup de dossiers que je me dois de mener à terme." - Vanina Borromei


La gestion du budget de Corte :

"Moi la gestion bon père de famille, je la revendique. Je pense que les maires de plus de 35 000 communes de France la revendiquent aussi. Ca veut dire quoi gérer en bon père de famille ? C'est assez simple : ne pas dépenser plus que ce que l'on gagne, constituer des marges de manoeuvres pour faire un certain nombre de choses, ne pas augmenter les impôts quand on peut ne pas le faire, et solliciter le plus de financements possibles pour réaliser les projets que l'on porte." - Xavier Poli

"Gérer en bon père de famille, c'est une expression que l'on devrait tous appliquer lorsqu'on a un mandat comme celui-ci. C'est une question de volonté. On a une capacité d'auto-financement sur cette commune grâce à cette gestion. Mais je crois qu'aujourd'hui il y a suffisament de leviers pour pouvoir investir et passer de la gestion quotidienne administrative à une véritable politique structurante." - Vanina Borromei

"Il y a différents leviers : la collectivité de Corse, les fonds européens avec toute l'inginérie qui doit aller derrière... Il y a de nombreux leviers qui peuvent aider la commune à avoir des projets structurants importants et qui sont à mon avis importants." - Vanina Borromei
 
REPLAY du débat des municipales de Corte




Deux listes s'affrontent lors de ce scrutin. 

La première est menée par Xavier Poli, premier adjoint de Tony Sindali et président de la communauté de communes du centre-Corse. 
Sa liste est sans étiquette. Et il l'assure, elle ne sera pas de sensibilité de droite. Elle se veut en tout cas ouverte à tous.
Parmi ses colistiers, quelques adversaires d'hier, au premier rang desquels une poignée de figures de gauche, tels que l'ancien opposant Philippe Maroselli, et Nathalie Pulicani, ex-soutien de Paul Giacobbi. 

 
 

Deux listes "d'ouverture" face à face

L'autre candidat est une candidate, Vanina Borromei, à la tête d'une alliance PNC-Femu à Corsica, qui va à l'encontre de la tendance de ces municipales, où le parti de Gilles Simeoni entend faire cavalier seul. 
La surprise aurait même pu être plus grande encore, puisque jusqu'au mois dernier, la possiblité d'une alliance plus large, avec Corsica Libera était dans les tuyaux. 
Finalement, pas de liste Pè a Corsica à Corte. 

Selon Vanina Borromei, les démarches étaient incompatibles, entre l'ouverture prônée par Femu et le PNC, et les réflexes politiciens de leurs interlocuteurs. 
Une explication qui a irrité considérablement le parti indépendantiste, qui parle d'un "occasion manquée pour Corti, i Curtinesi et le centre Corse". 

  

Une ville symbolique pour les nationalistes

Corte est la sixième ville de Corse, et la plus grande agglomération de l'intérieur de l'île, avec 7658 habitants.
Elle est également considérée comme sa capitale historique et culturelle, depuis que Pascal Paoli en avait fait le coeur de l'éphémère Corse indépendante, au XVIIIe siècle

Elle abrite le Musée de la Corse, le siège du Parc naturel Régional de la Corse, et puis surtout l'Université de Corse. 
Un point fort, qui illustre aussi la faiblesse de Corte. 
 
La ville vit au rythme des allées et venues des innombrables étudiants, et en est largement dépendante. 
Pour preuve, le nombre d'inscrits, 3620, inférieur de plus de la moitié au nombre d'habitants. 

 


La liste Corti per tutti menée par Vanina Boromei veut "redonner du souffle à cette ville qui devient une ville-dortoir". 
La liste Uniti per Corti, elle, estime que son bilan parle pour elle, et veut franchir "une nouvelle étape".

 
 La carte des débats organisés dans les régions :
  
 
Les listes :
  • UNITI PER CORTI
  1. Poli Xavier 
  2. Pulicani Nathalie 
  3. Orsini Antoine 
  4. Grimaldi ép. Ostiensi Angèle 
  5. Maroselli Philippe 
  6. Pacini ép. Luciani Michelle
  7. Orsatelli Jean-François 
  8. Cerutti Valérie 
  9. Sindali Philippe 
  10. Bertrand ép. Francheschini Christiane 
  11. Ghionga Philippe 
  12. Malleroni Marie Josée 
  13. Nicolini Ange Julien 
  14. Albertini Marie-Annonciade 
  15. Orsatelli Joseph 
  16. Gambini ép. Barrielle Martine 
  17. Guglielmi Marc Marie 
  18. Colonna ép. Baghioni Elodie 
  19. Sabiani Joseph 
  20. Andrei ép. Ruiz Marie Cecile 
  21. Luciani Fabien 
  22. Moretti ép. Ruggeri Blandine 
  23. Albertini Jean-Toussaint 
  24. Zuccarelli ép. Campana Jeanine
  25. De Faria José 
  26. Simonini Diana 
  27. Tondini Emilie 
  28. Valentini Toussainte 
  29. Sindali Antoine 
  • CORTI PE TUTTI
  1. Borromei Vanina
  2. Simeoni Marceau
  3.  Cristiani-Castelli Marie-Luce
  4. Demuynck Frédéric
  5. Rinieri Paula
  6. Filippi Petru-Antone
  7. Giacobbi Pascale
  8. Ferrandini Jean-André
  9. Moureaux Ronan
  10. Spella Madeleine
  11. Battesti Joseph
  12. Penciolelli-Campana Marie-Francoise
  13. Lapina José
  14. Mariani-Costa Andrée
  15. Guerrini Dominique
  16. Naim-Casanova Audrey
  17. Cesari Pascal
  18. Ternengo Sonia
  19. Arrighi François
  20. Bianco Sonia 
  21. Moretti Charles-André
  22. Fabiani Françoise
  23. Lepidi-Acquaviva Marcellu
  24. Savalli-Sarrola Melissa
  25. Guerrini Francè, étudiant
  26. Tomasi Anne
  27. Ottomani Philippe-Joseph
  28. Ferrandini Antoinette