Municipales en Corse : une forte abstention pourrait-elle remettre en cause l'élection ?

Le parti des abstentionnistes est chaque année plus important, coronavirus ou pas / © Laurent Thevenot / MaxPPP
Le parti des abstentionnistes est chaque année plus important, coronavirus ou pas / © Laurent Thevenot / MaxPPP

La dernière annonce du gouvernement, ce soir à 19h30, a fait monter d'un cran les inquiétudes des candidats. Demain, le taux d'abstention pourrait exploser. Et chambouler de manière spectaculaire le scrutin. Pour autant, elle ne peut en aucun cas le faire annuler...

Par Sébastien Bonifay

La constitution de la Vème République est claire.
Il n'est fait mention nulle part d'un quorum nécessaire pour valider une élection, quelle qu'elle soit.
 

Pas de quorum nécessaire

Le taux d'abstention ne peut en aucun cas remettre en cause la solidité d'un résultat, et toutes les requêtes qui ont été déposées, par le passé, pour des élections locales telles que les municipales, ont toutes été déboutées. 
Même lorsque le taux de participation était inférieur à 30 %

 
La Constitution de la Vème République / © Erasoft24
La Constitution de la Vème République / © Erasoft24



Le vote n'est pas obligatoire en France, il faut le rappeler.
Nul n'est obligé de venir glisser son bulletin dans l'urne, ce qui implique que les scrutins au suffrage universel ne peuvent pas tenir compte du nombre de votants. 
 

Les règles sont inchangées

Ainsi, si des candidats insulaires étaient élus avec un taux de participation famélique, ils seraient quand même désignés vainqueurs.

Il en va de même en ce qui concerne les pourcentages requis au soir du premier tour.
  • La barre éliminatoire est fixée à 5 %. La liste qui ne l'atteint pas ne se fera pas rembourser ses frais de campagne par l'Etat. Elle ne peut pas se maintenir, ni fusionner. 
  • Le seuil qui permet de se maintenir au second tour est fixé à 10 %.
Un très faible taux de participation n'y changera rien. 

Ce qui signifierait, si une liste obtient 10 % des suffrages exprimés, à Ajaccio, ce soir, et que le taux d'abstention est de 75 %, elle aura la légitimité, au regard de la Constitution, de se maintenir au second tour. 
Alors qu'elle aurait recueilli 890 voix sur les 35.567 inscrits...


 
Photo d'illustration / © LUCAS BARIOULET / AFP
Photo d'illustration / © LUCAS BARIOULET / AFP

 

Reste à faire accepter sa victoire aux adversaires

On imagine sans peine, dans ce cas-là, les discussions sans fin, les contestations, et les recours possibles, que tout cela pourrait entraîner. 
Pire encore, le nouveau maire aurait la lourde tâche de s'imposer face à son opposition, et d'asseoir sa légitimité auprès de ses administrés, alors que les conditions dans lesquelles ce dernier aurait été élu lui seraient en permanence rappelées...

Une chose est sûre, les élections, demain, si elles se déroulent, ne seront définitivement pas des élections comme les autres. 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus