L'appel de producteurs à une IGP pour l'immortelle corse afin de mieux la protéger

Les plantes végétales et les cosmétiques représentent un secteur important en Corse, mais qui cherche toujours à se structurer. Plusieurs producteurs appellent aujourd'hui au classement en IGP de certaines plantes, dont la fameuse immortelle, pour lutter contre une concurrence de plus en plus forte.

Réputée bien au-delà de l'île, l'immortelle corse n'a pourtant toujours pas d'IGP, c'est-à-dire d'indication géographique protégée. Pourtant, cette plante méditerranéenne, présente, quand elle est cultivée en Corse, des spécificités différentes de celles qui poussent en Italie et dans les Balkans.

Mais sa production a été multipliée partout en France, comme à l'étranger. Résultat : l'immortelle corse n'arrive plus à se distinguer sur les marchés en l'absence d'un label.

"Il y a une urgence parce qu'il y a une confusion qui s'est installée auprès du consommateur, parce que cette immortelle, qui s'appelle " helichrysum italicum", qui a été beaucoup utilisée et par beaucoup de marques parce qu'elle est si précieuse, nous met aujourd'hui en danger parce qu'on n’a pas su la défendre au bon moment, regrette Sophia Keyserlingk, productrice d'immortelle. Et aujourd'hui, le marché est devenu difficile pour les producteurs en Corse."

"Son pic d'activité est passé"

Pourtant, de grandes entreprises françaises ont signé de beaux contrats avec les producteurs insulaires dans les années 2000. Muriel Creystey, gérante d'une entreprise de cosmétiques, a été témoin de cet âge d'or. Alors que son entreprise célèbre cette année ses 20 ans, elle considère qu'il faut désormais s'intéresser à d'autres végétaux.

"Je pense que l'immortelle, ce n'est pas la fin, parce qu'on l'adore, elle est magnifique et d'une activité formidable, donc elle résistera, mais son pic d'activité est passé, analyse-t-elle. Aujourd'hui, il faut se poser la question de quelle nouvelle plante on va devoir protéger. Le myrte ? Les cistes ? Les lentisques ?"

Ces trois végétaux cités sont justement souvent utilisés dans la cosmétique insulaire. 

durée de la vidéo : 00h02mn38s
L'appel de producteurs à une IGP pour l'immortelle corse afin de mieux la protéger ©Solange Graziani, Capucine Laulanet, Vanille Christophe

Protection

Pour Pierre Tomi, professeur et chercheur au laboratoire de Vignola, il est impératif de protéger l'immortelle et les autres plantes. D'autant plus qu'un géant de la cosmétique a récupéré des graines d'immortelle corse pour la cultiver en Provence.

"Ils ont récupéré des travaux de la Corse qu'ils cherchent un peu à exploiter désormais, note Pierre Tomi. Moi, je serais d'avis qu'il y ait une certaine protection des travaux qu'on accomplit, de façon à éviter ces cas."

IGP pour les plantes corses, comme immortelle ou le ciste, dépôt de brevet pour les recherches scientifiques de Corte... En Corse, il reste de nombreux défis à relever. Sur l'île, l'exploitation du végétal génère 5 à 10 millions d'euros de chiffre d’affaires, avec 2000 produits référencés.

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité