Une nécropole datant de l'Antiquité mise au jour sur la commune de l'Île-Rousse

Une fouille archéologique réalisée sur la commune de l'Île-Rousse dans le cadre de projets immobiliers a mis à jour une nécropole datant de l'Antiquité. Constituée d'une quarantaine de sépultures, cette découverte exceptionnelle confirme l'occupation antique du territoire de la commune.

Une quarantaine de sépultures composent cette nécropole, datant de la fin de l'Empire Romain.
Une quarantaine de sépultures composent cette nécropole, datant de la fin de l'Empire Romain. © Christian Giugliano

C'est une incroyable découverte, qui devrait permettre d'éclairer un peu plus l'histoire de l'Île-Rousse, et de la Corse : une nécropole antique, constituée d'une quarantaine de tombes a été mise au jour sur la commune de l'Île-Rousse, en Balagne.

Les fouilles, commanditées par la DRAC de Corse et menées par l'Institut National de Recherches Archéologiques Préventives, ont eu lieu dans le cadre des projets immobiliers Pagliaghju et domaine Zanardi, à proximité de l'église de l'Immaculée Conception.

Les corps sont dans un état de conservation "moyen", et nécessite des précautions particulières pour ne pas dégrader les ossements.
Les corps sont dans un état de conservation "moyen", et nécessite des précautions particulières pour ne pas dégrader les ossements. © Christian Giugliano

Elles ont permis de mettre au jour une quarantaine de sépultures, datées d'entre les IIIe et VIe siècles de notre ère. D'une grande diversité architecturale, celles-ci sont creusées directement dans la roche.

Certaines d'entre-elles sont pourvues de contenants supplémentaires, tels que des amphores, utilisées comme réceptacles pour les défunts.

Ces amphores seraient principalement des productions africaines, utilisées pour transporter et préserver le vin, l'huile d'olive et la saumure acheminés en Corse en provenance de Carthage (actuelle Tunisie).

"Ce sont des sépultures relativement simples, sans dépôt, qui datent de l'époque du Bas-Empire et de l'arrivée de la chrétienté, explique Jean-Jacques Grizaud, le responsable des fouilles. Les corps sont emballés dans des linceuls, et enterrés dans des amphores ou sous des tuiles."

Les individus exhumés sont dans un état de conservation moyen, et le prélèvement des ossements requiert donc un soin particulier afin de ne pas les déteriorer. Une étude anthropologique menée en laboratoire devrait permettre d'obtenir plus d'informations sur les défunts, dont leur âge au décès.

L'Île-Rousse, une cité antique

Au printemps 2019, un diagnostic archéologique mené par l'Institut National de Recherches Archéologiques Préventives (Inrap) avait permis de déterminer la présence d'une dizaine de ces sépultures. 

Cette découverte vient confirmer l'occupation des lieux à l'époque de l'Antiquité, bien avant la fondation de la commune par Pasquale Paoli, au milieu du XVIIIème siècle. 

Les indices archéologiques attestant d'une occupation antérieure étaient jusqu'à présent rares et fragmentaires. 

"Une fois que les conclusions seront rendues, nous espèrons pouvoir récupérer une partie de ces sépultures, voires toutes pour pouvoir les exposer dans l'espace muséal qui est en train d'être réalisé à l'Île-Rousse, au sein du couvent des Filles de Marie", explique Alexandra Escobar-Santini, adjointe au maire de la commune en charge du patrimoine.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
archéologie culture patrimoine