Lucciana : des sacs de sable pour freiner l'érosion du littoral

Une digue contre l'érosion du littoral a été installée cette semaine à Lucciana. Un dispositif d'urgence inédit réalisé par une entreprise basque et qui fait suite au cri d'alarme en décembre dernier d'une dizaine de riverains voyant leur habitation fortement menacée après des intempéries. 

Une digue contre l'érosion du littoral a été installée cette semaine à Lucciana.
Une digue contre l'érosion du littoral a été installée cette semaine à Lucciana. © Frédéric Roche / FTV

À Lucciana, un lotissement est en sursis. À chaque tempête, les maisons menacent d'être englouties. La mer ronge toujours un peu plus les sols. Alors, comme un dernier rempart, un mur de sacs de sable vient d'être dressé face à l'eau. 

L'installation s'étend sur 180 mètres et compte 370 sacs d'1.6 tonne chacun. Pour les habitants, elle est synonyme de répit. "En deux ans, on a vu tout le terrain qu'on avait devant les maisons partir à la mer. La moindre tempête ferait tomber le peu de terrain qui reste devant les maisons et après, ce sont les maisons qui s'écroulent", déplore Denise Benigni, habitante. 

Ce processus d'érosion est connu sur tout le littoral oriental. Le trait de côte y a reculé de plus de 200 mètres. En trois ans, 30 mètres de sables y ont été mangés. Au sein du lotissement, les premières maisons datent de 1919. Devant ces constructions, la plage a entièrement disparu. 

Des plots incurvés

En décembre, les habitants, réunis en collectif, ont lancé un cri d'alerte. Trois mois plus tard, la communauté de communes et l'État les ont entendus. Le système mis en place a notamment été éprouvé à Biarritz. 

Mais à Lucciana, l'entreprise basque spécialisée qui a réalisé les travaux tente aussi une expérience. Elle a placé des plots incurvés sur quelques mètres. Ces derniers sont sensés repousser le courant. Les habitants en espèrent beaucoup. "C'est un système innovant qui a apparemment été validé sur la côte atlantique. Si ça porte ses fruits, on espère que la communauté de communes étende le système sur la longueur si les sacs tiennent moins", explique Pasquin Giustiniani, habitant.

La barrière de protection a coûté plusieurs dizaines de milliers d'euros financés par l'État, la commune et la communauté de communes de Marana-Golo. Le prix pour gagner du temps face aux éléments.  

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
littoral aménagement du territoire environnement