Monticello : grève à la crèche A Rundinella

Les agents de la crèche intercommunale A Rundinella ont entamé lundi une grève pour dénoncer le recul de leurs acquis sociaux et l'absence de dialogue depuis la fusion en juillet 2011 des deux communautés de communes de L'Ile Rousse et des Cinque Pieve.

06/11/2017 - Grève à la crèche intercommunale A Rundinella (Monticello, Haute-Corse)
06/11/2017 - Grève à la crèche intercommunale A Rundinella (Monticello, Haute-Corse) © C. GIUGLIANO / FTVIASTELLA
Tickets restaurants, semaine de congés supplémentaire... Tous les acquis du personnel de la crèche A Rundinella ont été supprimés "sans concertation" selon la CGT, à l'origine du mouvement de grève lancé lundi.

Depuis la fusion en juillet 2011 des deux communautés de communes, du bassin de vie de L'Ile Rousse et celle d'E Cinque Pieve di Balagna, le personnel de cet établissement intercommunale qui accueille 58 enfants, rencontre de grosses difficultés.

"C'est un travail de dix ans qui a été détruit. On s'était battu pour avoir une convention collective et tout cela a été détruit et très mal pris par l'équipe", explique Sylvie Graffeuil, directrice de la crèche.

durée de la vidéo: 01 min 48
Grève à la crèche A Rundinella ©France 3 Corse ViaStella

"Aujourd'hui, le personnel est en grande difficulté, ils ont des revendications et ils attendent des réponses de la part de M. Lionel Mortini" (président de la communauté de communes du bassin de vie de L'Ile Rousse, ndlr)", indique Joseph Mattei, maire de Monticello qui apporte son soutien aux personnels grévistes.

Les agents de la crèche intercommunale dénoncent une absence de communication avec les responsables de l'intercommunalité, qui "a des répercussions sur les enfants". "Si l'équipe n'est pas bien, l'enfant ne va pas être bien", s'alarme Sylvie Graffeuil.

Lors d'une rencontre lundi après-midi, chaque partie est restée sur ses positions. Ce qui pouvait se gérer au niveau communal, n'est plus envisageable à l'échelle d'une intercommunalité selon Lionel Mortini. 

"Les demandes qui sont faites sont contraires à l'intérêt général donc elles ne peuvent pas être suivies, notamment une 6ème semaine de congés maintenue, qui nous ferait exploser nos chiffres avec l'obligation de l'imposer sur nos 125 agents." 

La crèche emploie une douzaine de personnes, dont cinq auxiliaires de puériculture et sept assistantes auxiliaire de puériculture. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
social éducation société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter