Niolu : un brûlage dirigé pour préserver l'environnement

Publié le
Écrit par Julia Sereni .

Le 14 janvier, un brûlage dirigé a été organisé dans le Niolu. Objectif : éviter la propagation d'éventuels futurs incendies. Mais aussi, ouvrir le milieu naturel pour favoriser le développement de certaines espèces.

Le feu crépite sous haute surveillance dans la forêt communale d'Albertacce. Une vingtaine d'hommes participent à cette opération. Douze d'entre eux suivent une formation pour devenir chefs de chantier. Une fois habilités, ces stagiaires pourront à leur tour employer le brûlage dirigé dans leur travail.

Une technique d'avenir selon le commandant Alain Biasci, de l'unité d'instruction et d'intervention de la sécurité civile (UIISC 5) de Corte. "On a pu le voir notamment l'été dernier avec les gros feux qui ont eu lieu dans le sud de la France, ces techniques-là sont mises en œuvre aujourd'hui et le seront de plus en plus dans le futur, parce que l'économie d'eau fait qu'on en aura besoin." 

Préserver l'environnement

Cette opération ne s'improvise pas, tout est pris en compte : la température de l'air, le taux d'humidité, le vent, l'inclinaison du terrain et, bien sûr, le type de végétation. Sur une forêt communale, l'Office national des forêts (ONF) est automatiquement alerté.

Cela fait dix mois que ce service de l'État a fait l'inventaire de la flore locale, comme l’indique Sébastien Lebre, technicien territorial de l’ONF. "En fonction des espèces qu'on va trouver, on va décaler les périodes de brûlage. Pour telles espèces, cela va être plutôt des brûlages recommandés en hiver. Pour d'autres, ce sera plutôt des brûlages recommandés à l'automne, comme les orchidées."

Les chasseurs impliqués

Ici, les espèces protégées sont les aubépines ou les pins Laricio, signalées par des rubans. Ces végétaux passeront à travers les flammes. Ce sont les chasseurs d'Albertacce, appuyés par leur fédération, qui ont sollicité ce brûlage dirigé. 

Christian Pietri, président de la fédération des chasseurs de Haute-Corse, en explique les raisons : "La fédération des chasseurs entreprend depuis maintenant plus de deux ans des ouvertures de milieu pour favoriser la biodiversité et la biodiversité qu'on appelle ordinaire, c'est à dire les espèces gibiers comme la perdrix rouge ou le lièvre corse. La collaboration de l'ONF a été essentielle".

Mieux connaître le feu

Une fois ouvert, ce milieu naturel sera à nouveau exploité par un éleveur. Quant aux sapeurs-pompiers, ils trouvent le moyen d'approfondir leurs connaissances. 

"Le fait de de brûler en hiver, ça permet de mieux connaître le feu, mieux connaître la réactivité des différents végétaux et de comprendre davantage son comportement, de façon à être plus efficace l'été lorsque l'on est confrontés à des incendies.", explique Gilles Planelles, référent en brûlage dirigé au Service d'Incendie et de Secours (SIS) de Haute-Corse.

Les pompiers, comme les sapeurs-forestiers font du brûlage dirigé sur tout type de terrain, petits et gros maquis. Cette intervention en milieu forestier a pour cadre la majestueuse Paglia Orba et le sommet du Cinto.

Retrouvez le reportage de nos équipes :

Intervenants : Commandant Alain Biasci, de l'unité d'instruction et d'intervention de la sécurité civile de Corte ; Sébastien Lebre, technicien territorial de l’office national des forêts ; Christian Pietri, président de la fédération des chasseurs de Haute-Corse ; Gilles Planelles, référent en brûlage dirigé au Service d'Incendie et de Secours de Haute-Corse. ©S. GRAZIANI - V. BACHTIK / FTV
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité