Patrimonio : les vendanges du vin bleu

Les vendanges du vin bleu Imajyne se font de nuit, pour préserver la fraîcheur du vin. / © Emilie Arraudeau / France 3
Les vendanges du vin bleu Imajyne se font de nuit, pour préserver la fraîcheur du vin. / © Emilie Arraudeau / France 3

Il est à base de muscat et de vermentinu, mais... il est bleu : en hommage à leur père disparu, deux frères originaires de Figari ont lancé sur le marché international « Imajyne », un rosé bleu. La recette reste un secret bien gardé.
 

Par P.S.

Il est bleu, comme la mer. C'est pourtant bien du vin. Une boisson fabriquée à partir de raisins récoltés de nuit. A la Frontale et à la fraîche !
Patrimonio : les vendanges du vin bleu
Intervenants - Sylvain Milanini, créateur d'Imajyne // Bruno Milanini, créateur d'Imajyne Equipe - Emilie Arraudeau, Cassandre Dumain

L'obscurité règne encore sur les coteaux de Patrimonio. Mais sous le Mont Sant'Angelo, les vendangeurs sont déjà au travail.



"On a eu une couleur particulière qui n’était pas voulue"

4 hectares de Muscat et Vermentino seront récoltés avant l'aube. Un moment qui présente plusieurs avantages.

« Au niveau du travail, même si c’est contraignant de se lever tôt, c’est quand même agréable de ne pas avoir le soleil qui nous fatigue. Au niveau du vin, pour les vins clairs c’est très bon de garder la fraîcheur », précise Sylvain Milanini, créateur d'Imajyne.

Sauf que le produit que Sylvain va tirer de ces raisins n'est ni blanc... ni rosé... Cette boisson composée d'assemblages est issue d'une vinification très originale.
 


Algues, minéraux et végétaux

« Nous vinifions à base d’algues, de minéraux et de végétaux. Les algues, les minéraux et les végétaux nous permettent de diminuer au maximum les sulfites et par le plus grand des hasards, on a eu une couleur particulière qui n’était pas voulue. Notre vin est sorti bleu », relate Sylvain Milanini.

Ce bleu, apparu lors d'une expérimentation menée l'été dernier dans l'auberge familial de Figari a séduit les deux frères Milanini. Ils  ont suivi le même processus pour leur deuxième récolte  y compris un lavage à l’eau de mer, essentiel pour le goût.

« Cette eau vient des plages de Figari, de la teste, notre plage d’enfance. Elle est très pure. L’eau de mer exauce le goût du fruit », précise Bruno Milanini, créateur d’Imajyne.

Le reste de la recette, comme la quantité produite, sont un secret.

Un secret très bien gardé : avant d'être vendu 29 euros la bouteille, ce vin bleu aura passé six mois dans une grotte au fond de la baie de Roccapina. A l'abri de la lumière, de la chaleur et des regards.
 

Sur le même sujet

Déchets : des élus du Fium’orbu-Castellu refusent de recevoir plus de 43 000 tonnes par an 

Les + Lus