• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

La relance du photovoltaïque en Corse

Depuis un an la Corse, comme l'outre-mer, est désormais éligible à des tarifs d'achat spécifiques en ce qui concerne le photovoltaïque. Un arrêté qui a permis une relance des installations de panneaux solaires sur les bâtiments, notamment agricoles.

Par Céline Serrano

Avec un prix de rachat fixé à 15 centimes d'euro par kw/heure, soit 30% plus cher que sur le continent, et un ensoleillement 10 à 20% supérieur, la Corse est de nouveau attractive pour les opérateurs tels Amarenco et Corse énergie solaire, qui misent sur le photovoltaïque.

La construction de 80 hangars agricoles à la toiture couverte de panneaux photovoltaïques est en cours sur l'île, 330 au total sont envisagés d'ici 2020.

Après un développement rapide au début des années 2000, le photovoltaïque avait connu un coup d'arrêt avec la baisse drastique des tarifs de rachat par EDF. Mais l'arrêté ZNI a changé la donne.

L'insularité ou l'éloignement font de la Corse, comme la Guadeloupe, la Guyane, la Martinique, Mayotte et La Réunion, des territoires qui ne sont pas connectés au réseau électrique continental.

Des petits réseaux isolés, appelés ZNI (zones non interconnectées), qui bénéficient depuis l'arrêté du 4 mai 2017 de conditions d'achat spécifiques de "l'électricité produite par les installations implantées sur bâtiment utilisant l'énergie solaire photovoltaïque" afin de favoriser leur transition énergétique.

Une opération "gagnant-gagnant" selon l'expression chère à Ségolène Royal, à l'origine de cette nouvelle tarification : l'opérateur investit dans le bâtiment et revend l'électricité produite, et l'agriculteur bénéficie d'un équipement neuf pour un prix modique.

"L'agriculteur a à sa charge le terrassement et l'accès au chantier, et nous on prend à notre compte la construction et la couverture en modules photovoltaïques" explique Serge Gavarini, conducteur de travaux chez Amarenco. 

Investir 70 000 euros pour un hangar de 665m2, Nicolas Luciani ne pouvait pas se le permettre : "jusqu'à présent je n'avais pas les moyens de construire, là on me donne une solution".

De son côté, Sébastien Querci va pouvoir installer son atelier de découpe de viande, qu'il n'aurait pas pu financer avant 10 ans.


reportage d'Emilie Arraudeau et Marion Fiamma
La Corse photovoltaïque
Intervenants : Nicolas Luciani, Exploitant agricole ; Serge Gavarini conducteur de travaux Amarenco ; Pierre Crispi,Technicien maintenance Amarenco ; Marie Hélène Mattei, Gérante de Corse énergie solaire ; Olivier Carré, Président Amarenco ; Sébastien Querci,exploitant agricole - France 3 Corse ViaStella - Emilie Arraudeau et Marion Fiamma

reportage de Solange Graziani et Pierrick Nannini
Premiers branchements solaires
Intervenants : Ghjuvan-Francescu Castellani, Eleveur de brebis ; Olivier Carré, Président d'une société spécialisée en énergie photovoltaïque ; Joseph Colombani, Président de la chambre régionale d'agriculture - France 3 Corse ViaStella - Solange Graziani et Pierrick Nannini


Sur le même sujet

Centre d’enfouissement de Prunelli di Fium’Orbu, dialogue de sourds

Les + Lus