• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Le statut de la langue corse en discussion à Paris

Gilles Simeoni, président du Conseil exécutif de Corse et Jean-Guy Talamoni, président de l'Assemblée de Corse, sont reçus par la ministre de l'Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, le 10 mai 2016. / © Dominique Moret
Gilles Simeoni, président du Conseil exécutif de Corse et Jean-Guy Talamoni, président de l'Assemblée de Corse, sont reçus par la ministre de l'Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, le 10 mai 2016. / © Dominique Moret

Une délégation d'élus corses s'est rendue à Paris, mardi 10 mai, où ils ont rencontré les ministres de la Culture et de l’Education nationale afin de parler du statut de la langue corse dans l'île.

Par France 3 Corse ViaStella

Le rendez-vous était donné cet après-midi au ministère de l’Education nationale, à Paris. Une délégation d'élus insulaires, dont Gilles Simeoni et Jean-Guy Talamoni, ont été reçus par les ministres de la Culture, Audrey Azoulay et de l'Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem,
 
Ils participent à un groupe de travail dédié à la langue et à la culture corses, organisé conjointement avec le gouvernement en janvier dernier. Cette réunion a pour enjeu principal pour les élus, la sauvegarde de la langue corse.
 

Contraire à la Constitution

 
Un statut de co-officialité avait été voté à l’Assemblée de Corse pour que le corse soit reconnue langue officielle au même titre que le français. Mais ce statut est contraire à la Constitution de la 5ème République, car le français est la seule langue officielle reconnue par l’Etat. C'est ce qu'avait réaffirmé le Premier ministre, Manuel Valls, en décembre 2015 après les élections régionales : "La co-officialité? Il n'y a qu'une seule langue dans la République, c'est le français".
 
L’objectif de cette réunion pour le gouvernement est de sortir de cette situation de blocage et d’apporter des mesures concrètes pour permettre à la langue corse d’investir encore d’avantage tous les champs de la société : les médias, la vie économique et l’éducation. Gilles Simeoni, président du Conseil exécutif, affirme lui que la sauvegarde de la langue corse ne peut passer que par un statut d’officialité.

Deux autres groupes de travail sont dédiés à la question foncière et du logement et aux institutions de la Corse se sont réunis récemment. Les travaux devrait être restitués avant l’été 2016.

Le reportage de Dominique Moret et de Jacques Paul-Stefani
Reportage : Le statut de la langue corse en discussion à Paris
Intervenants : Laurent Marcangeli, député 1ère circonscription de Corse du Sud ; Pierre Ghionga, conseiller départemental du canton de Corte ; Gilles Simeoni, président du Conseil Exécutif de Corse ; plateau de Dominique Moret

Une charte de la langue corse


Les initiatives se multiplient en faveur du corse. Samedi 7 mai, une charte de la langue corse a été signée par le SC Bastia et la Collectivité territoriale. Le club de football s'engage, entre autres, à une communication en langue corse sur les réseaux sociaux et à donner des cours de corse aux jeunes du club. 


A lire aussi

Sur le même sujet

Discours Gilles Simeoni, Édouard Philippe Bastia 03-07

Les + Lus