Liaison Santa Teresa-Bonifacio : le bateau immobilisé en mer à cause d'un problème technique

Dimanche, en fin de journée, le navire de la Moby Lines reliant Santa Teresa à Bonifacio est resté immobilisé en mer à la suite d'un problème technique. Après avoir pu regagner son quai de départ une demi-heure plus tard, il a finalement acheminé ses passagers en Corse ce lundi en fin de matinée.

"On a entendu un grand bruit et le bateau s’est arrêté." Présents à bord du navire de la Moby Lines effectuant la liaison entre Santa Teresa et Bonifacio, Sébastien Le Van, ses 15 karatékas du club de Biguglia, et les autres passagers ont eu quelques frayeurs.

Dimanche, en fin de journée, le bateau nommé "Bastia" a subi un problème technique dix minutes après avoir quitté le port du nord de la Sardaigne. "Ce n’est pas une avarie moteur, précise Fabien Paoli, président de la Moby Lines en Corse. C’est un problème technique lié aux ailerons en mer. L’un d’eux ne s’est pas ouvert. Par précaution, le navire a regagné son quai de départ."

"On s'est vu mal"

Avant cela, le bateau est resté une demi-heure en mer. Trente minutes pendant lesquelles les passagers ont dû s’accrocher et se tenir en attendant que le navire soit stabilisé. "La mer n’était pas démontée mais le bateau tanguait énormément, souligne Sébastien Le Van, parti à l’origine en Sardaigne dans le cadre d’un échange sportif et culturel. À bord, on n’avait aucune information. Franchement, on s’est vu mal. Objectivement, je ne suis pas quelqu’un de peureux mais j’avais donné des consignes à mes karatékas en cas d’évacuation. Si la mer avait été plus mauvaise, je pense qu’on aurait pu chavirer. Ensuite, des embarcations sont arrivées à proximité de notre bateau et ça nous a un peu rassurés."

Sur les réseaux sociaux, les images du "Bastia" en train de tanguer ont fait réagir de nombreux internautes. Certains ont également pointé la vetusté des navires. 

"Il n’y avait aucun risque que le bateau chavire", précise Fabien Paoli. Et d’ajouter : "normalement, c’est le "Giraglia" qui fait la rotation entre la Sardaigne et la Corse. Actuellement, il est en maintenance à Naples et le "Bastia" le remplace. Nos bateaux passent tous les deux ans au bassin pour effectuer les visites de contrôle." 

Retour ce lundi à Bonifacio

Après avoir pu regagner le quai dimanche soir, les passagers ont été rapidement pris en charge à Santa Teresa. "S’il y a eu un manque de communication lorsque nous étions en mer, la compagnie a ensuite été très réactive, explique Sébastien Le Van. Nous avons été logés à l’hôtel et avons mangé au restaurant. Tout a été très bien pris en charge."

Ce lundi matin, les passagers se trouvaient de nouveau sur le port de Santa Teresa en attendant de pouvoir embarquer. "Le bateau est d’abord sorti en mer faire des essais à vide, indique Sébastien Le Van. Ensuite, en fin de matinée, nous avons pu monter à bord et quitter le port de Santa Teresa."

Le navire a accosté à Bonifacio aux alentours de 12h30.

Une DSP gérée par la Sardaigne

Cet épisode n'est pas un cas isolé dans le détroit de Bonifacio. Ces dernières années, d'autres incidents se sont produits lors de traversées entre la Corse et la Sardaigne.

En février 2020, le "Giraglia" de la Moby Lines avait déjà été remplacé par le "Bastia" après avoir heurté des rochers en sortant du port de Santa Teresa. Les liaisons entre les deux îles avaient alors été suspendues pendant deux semaines.

Pour rappel, la ligne entre la Corse et la Sardaigne est régie par une délégation de service publique, de courte durée, uniquement gérée par la région autonome de Sardaigne. "En l'état actuel, la Collectivité de Corse et l'Office des Transports de la Corse (OTC) n'ont aucune compétence sur ces liaisons-là", précise Jean-François Santoni, directeur de l'OTC.

Réaction de Core in Fronte

Ce lundi soir, via un communiqué, Core in Fronte a réagi après cet incident qualifiant de "honteuse la continuelle dégradation des services maritimes entre la Corse et la Sardaigne". Et d'ajouter : "il est grand temps qu'un véritable service public soit assuré entre les deux îles. (...) Même si c'est la Sardaigne qui finance cette DSP, cela ne doit pas nous empêcher d'avoir un oeil exigeant sur cette ligne maritime."

Lors de la prochaine session à l'Assemblée de Corse, qui aura lieu ce jeudi et ce vendredi, "Core in Fronte interpellera l'Exécutif sur le projet de création d'un Groupement européen de coopération territoriale (GECT) entre les deux îles afin de savoir où en est le dossier".

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers