Liaisons maritimes entre Bonifacio et la Sardaigne : le trafic a repris ce vendredi

Le navire Giraglia, de la compagnie Moby Lines, est dédié à la ligne qui relie la Corse et la Sardaigne. / © Wikicommons
Le navire Giraglia, de la compagnie Moby Lines, est dédié à la ligne qui relie la Corse et la Sardaigne. / © Wikicommons

Le 6 février, un bateau de Moby Lines, la seule compagnie à assurer la liaison de service public de Bonifacio en hiver, a subi un accident, entrainant l'interruption des rotations. Le trafic a repris normalement ce vendredi 21 février.

Par Sébastien Bonifay

Les interruptions de liaisons maritimes entre Marseille et les principaux ports de la Corse font régulièrement la une des journaux. 
Pour des raisons d'intempéries, ou comme en début d'année, à la suite de grèves des marins...

La raison, toute l'île est tributaire du fret qui transite par les navires des compagnies.

Mais pendant plus de deux semaines, c'est une autre liaison maritime qui a été interrompue. Entre Bonifacio et le port de Santa Teresa di Gallura, en Sardaigne. Sans provoquer autant de remous.
 
 

Une ligne discrète, mais essentielle

Arrêtées depuis le 6 février, les rotations ont finalement repris, ce vendredi 21 février. La raison de l'interruption, ce n'était ni une grève, ni un avis de tempête, mais un accident, subi par le Giraglia, le ferry de la Moby Lines, le 6 février dernier. En sortant du port de Santa Teresa di Gallura, le navire a heurté des rochers. Il est, pour l'heure, inutilisable. 

 


Le Bastia, envoyé pour le remplacer, a été soumis à une batterie de tests techniques jeudi, au cours desquels il a obtenu les autorisations nécessaires pour assurer le trafic maritime. Un soulagement pour les habitants et la commune. 

Ces interruptions de trafic auront ainsi engendré des perturbation importantes, notamment dans le secteur du bâtiment, dont l'île italienne est un fournisseur importants. 

Ainsi, explique Jean-Charles Orsucci, le maire de Bonifacio : "C'est problématique pour la commune de Bonifacio, mais également au-delà. Les travaux qui sont effectués actuellement dans la haute ville souffrent de l'arrêt de la livraison de la pierre, qui est travaillée en Sardaigne, puis revient chez nous. Ce n'est qu'un exemple, mais il y a des échanges réguliers, et c'est pénalisant". 
  
Le port de commerce de Bonifacio, où les rotations avec la Sardaigne sont restées interrompues pendant plus deux semaines.

 

L'occasion de repenser la gestion de cette DSP

La ligne entre la Corse et la Sardaigne est régie par une délégation de service publique, comme les lignes entre la Corse et Marseille. 
Mais cette DSP est gérée par la région autonome de Sardaigne. 

Pour Vanina Borromei, la présidente de l'office des transports de la Corse, la situation est l'occasion de plaider de nouveau pour un groupement européen de coopération territorial entre la France et l'Italie. 
"Cela permettrait à l'office des transports de pouvoir gérer des délégations de service public. Nous le faisons déjà dans la plupart des cas aujourd'hui, dans le maritime et l'aérien. Mais, grâce à ce groupement, nous pourrions le faire également avec un état étranger". 
 
Ce groupement européen pourrait voir le jour d'ici la fin de l'année. 
 

Sur le même sujet

Les + Lus