Cet article date de plus de 4 ans

Les cendres de Michel Rocard seront inhumées en Corse

L'ancien Premier ministre socialiste Michel Rocard, décédé samedi 2 juillet, sera incinéré dans la semaine à Paris et ses cendres seront ultérieurement inhumées en Corse, à Monticello, a annoncé à l'AFP son fils Francis.

Michel Rocard sera incinéré "cette semaine" et ses cendres "seront inhumées" par la suite, "probablement en septembre", à Monticello, près
de l'Ile-Rousse, d'où est originaire sa dernière épouse, Sylvie, a-t-on précisé.

Sur l'île, la mort de l'ancien chef du gouvernement a suscité de l'émotion, la classe politique saluant la mémoire d'un homme d'État ayant eu des relations privilégiées avec la Corse. Parmi les messages postés sur Tweeter par les représentants nationalistes, Gilles Simeoni, président du Conseil exécutif de Corse, a salué la mémoire d'un "humaniste" et "d'un ami sincère de la Corse et de son peuple".






Pour Jean-Guy Talamoni, président de l'Assemblée de Corse, l'ancien premier ministre était un homme courageux et visionnaire qui aimait la Corse.






A gauche, Paul Giacobbi, se souvient d'un homme "toujours en avance sur son temps"






Dans un communiqué Le Mouvement Corse Démocrate rappelle que Michel Rocard était un "militant, un réformateur, un vrai progressiste qui avait à coeur de faire avancer les valeurs de la république."







Extrait du discours de Michel Rocard sur la Corse devant l'Assemblée Nationale lorsqu'il était premier Ministre, le 12 avril 1989 :

Durant sa carrière politique Michel Rocard s'est exprimé à de très nombreuses reprises sur la Corse. En 2000, il avait écrit une tribune dans le journal Le Monde intitulé : "Corse : Jacobins, ne tuez pas la paix !". Il y affirme que la Corse a été victime d'oppression et qu'il en reste de "de fortes traces". 

Reportage :
durée de la vidéo: 01 min 32
Michel Rocard et la Corse


Pour en savoir plus : 
La leçon de «parler vrai» de Rocard en Corse (Liberation, janvier 2001)
Michel Rocard, disparition d'un réformiste socialiste (Le JDD, 2 juillet 2016)
Michel Rocard, un destin militant (Libération, 2 juillet 2016)


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique hommage société