Une publication Facebook injurieuse envers Mme Erignac indigne les internautes

Une publication Facebook injurieuse envers Mme Erignac indigne les internautes
Intervenant: Gilles Simeoni, Président de l'Exécutif de la CTC. Reportage: Sébastien Bonifay, François-Albert Bernardi, Christophe Gineste, Corinne Merciadri.

Publié le jour de la cérémonie en hommage à Claude Erignac, un texte sur Facebook compare la veuve du préfet à une "salope" qui aurait collaboré pendant la Seconde Guerre mondiale. Dimanche, le message a fait beaucoup réagir la classe politique, dont le président de l'exécutif corse Gilles Simeoni.

Par Anouk Passelac

Lors de la cérémonie d’hommage au préfet Erignac, mardi 6 février, une publication Facebook a agité la toile. Il y est fait référence à la veuve du préfet Erignac, comparée aux « bonnes petites salopes » qui pendant la Seconde Guerre mondiale ont donné naissance à des « petits bâtards » issus d’une union avec des militaires allemands.

Femu a Corsica a réagi dans un communiqué publié le 11 février qualifiant le message d’ « inacceptable » , et de «  totalement incompatible d'une part avec nos valeurs, et nos principes, d'autre part avec notre conception de la société et de la vie publique ».

Gilles Simeoni, président de l'exécutif corse s'est également exprimé personnellement sur le sujet:

Quel que soit l'auteur, le contenu de cette publication est choquant, injurieux, inacceptable.

Réaction de Gilles Simeoni à une publication injurieuse envers Mme Erignac

Contactés, les élus nationalistes de Corsica Libera n’ont pas souhaité réagir, pour le moment.
 

Un message de Charles Pieri ?


La publication a depuis été supprimée du réseau social. Derrière le pseudo « Di L’altu Pianu », se cache probablement l’ex-chef du FLNC, Charles Pieri, comme le suppose la photo de profil du compte et les nombreuses publications sur l’actualité politique. Mais impossible de confirmer pour le moment que c’est bien Charles Pieri qui a écrit ces mots : son compte a pu être piraté ou une personne mal intentionnée a pu copier son profil Facebook.

"Je crois savoir en effet qu'il s'agirait de M. Pieri, mais nous attendons la confirmation de cette affirmation par le réseau social Facebook", a indiqué le procureur d'Ajaccio, Eric Bouillard, à l'AFP. "Il y a constitution d'une infraction pénale d'injure par voie de communication, qui a justifié l'ouverture d'une enquête judiciaire", poursuit Eric Bouillard, précisant avoir effectué un signalement d'abus pour "offense" auprès du réseau social. Facebook a supprimé la publication samedi.

Condamné en 2001 puis 2005 pour des affaires liées au terrorisme et pour des délits financiers, Charles Pieri est sorti de prison en 2015. Il semblait avoir fait son retour sur le devant de la scène politique lors des dernières élections législatives et territoriales. L'affaire est donc d'autant plus embarrassante pour la classe politique nationaliste.
 

Réactions sur les réseaux sociaux

Depuis dimanche après-midi, les réactions de personnalités du monde politique, social et culturel tombent en cascade.

François Tatti, le président du mouvement corse démocrate (MCD) et de la communauté d’agglomération de Bastia, s’est exprimé le premier, via Twitter. Un message prudent, qui ne nomme pas directement Charles Pieri.

Jean Zucarelli, conseiller municipal d'opposition à Bastia, demande, une "prise de position" des dirigeants de la CTC.

Le parti La République en marche Corse a envoyé un communiqué qui "dénonce avec force l'auteur et ses soutiens":

Ce contenu honteux, inhumain et méprisant ne peut que blesser profondément tous les habitants de la Corse, toutes les femmes de Corse, toutes les femmes de France et toutes celles qui ont connu la guerre.

Le mouvement Andà per Dumane s'est lui aussi positionné dans un communiqué dimanche soir. Il "condamne fermement cette publication ainsi que son auteur et toutes les personnes qui s'y sentiraient associées, contraire aux valeurs que nous avons toujours défendues et que la Corse doit véhiculer."


Du côté des citoyens, la Ligue des droits de l'Homme, a elle aussi condamné le message. 

Un collectif d'hommes et de femmes de tous horizons s'est également créé, nommé "Rispettu per tutti" et a pris la parole. La porte-parole, Anne-Marie, Lucciani dénonce des propos "insultants à l'égard de Mme Erignac" ainsi que "de toutes les femmes, de tous les hommes et de tous les Corses"

Réaction d'Anne-Marie Luciani du collectif Rispettu per tutti
Images: Sylvie Wolynski


Charles Pieri n'a pas répondu à nos sollicitations.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Déchets : des élus du Fium’orbu-Castellu refusent de recevoir plus de 43 000 tonnes par an 

Les + Lus