Rachat des enseignes Casino en Corse : les salariés toujours dans l'incertitude

Le groupe Casino, en grande difficulté financière, pourrait vendre la majeure partie de ses magasins à ses concurrents Intermarché et Auchan. De quoi susciter les inquiétudes des 1300 salariés insulaires, employés au sein du groupe Codim 2. Le CSE extraordinaire organisé ce 20 décembre ne leur a pas apporté de réponse satisfaisante.

Les 1300 salariés corses du groupe Casino restent dans l’incertitude, après le CSE extraordinaire organisé ce 20 décembre.

Pendant plus de deux heures, des représentants du STC, syndicat majoritaire, ainsi qu'un représentant du personnel du groupe Codim 2 se sont entretenus avec le directeur du magasin Casino de Mezzavia, sans obtenir d'éléments de réponse satisfaisant.

Seule information à l'issue de cette réunion : pour l'heure, aucun repreneur ne s'est positionné pour racheter les 19 magasins de l'île.

Le reportage de Lisa Gamonet et Océane Da Cunha :

durée de la vidéo : 00h01mn02s
La réunion entre représentants du personnel et de la direction ce 20 décembre n'a donné lieu à aucune réponse quant à l'avenir des 16 magasins et 1300 salariés de l'enseigne Casino sur l'île ©Lisa gamonet et Océane Da Cunha-France 3 Corse ViaStella

Depuis les annonces de rachat du groupe, dans les 16 enseignes de Codim 2, filiale de Casino sur l’île, on s’interroge sur le devenir des emplois.

Au niveau national, Casino, en grande difficulté financière, prévoit de vendre 313 magasins, soit "la quasi-totalité du périmètre des hyper et supermarchés", à ses concurrents Intermarché et Auchan, dévoilait l’AFP le lundi 18 décembre.

"Selon les informations que nous possédons, la Corse ne serait pas concernée par cette vente", commentait alors Richard Louzao, délégué syndical du Syndicat des Travailleurs Corses (STC) en charge du commerce en Corse-du-Sud.

Notre priorité, c’est la sauvegarde de l’emploi en Corse.

Richard Louzao, délégué STC

Le délégué syndical assure être déterminé à obtenir des réponses sur le sort des employés. "Si on ne nous dit pas tout, on prendra des décisions. On ne peut pas laisser les salariés dans l’incertitude."

Contacté, le groupe Codim 2 n’a pu être joint.

"L'ensemble des salariés des magasins transférés seraient repris"

Pendant ce temps, au niveau national, la procédure de rachat avance.

Le conseil d'administration de Casino est entré lundi 18 décembre en "négociations exclusives" avec Intermarché et Auchan.

"L'ensemble des salariés des magasins transférés seraient repris" par les nouveaux propriétaires, a affirmé Casino, qui précise que le projet de cession se ferait "sur la base d'une valeur d'entreprise fixe de 1,35 milliard d'euros (hors immobilier)".

50 000 salariés en France

Toutefois, cet accord ne concerne pas les magasins Casino gérés en franchise qui seront libres de choisir leur partenaire franchiseur, selon l’AFP. Le groupe insulaire Codim 2 se trouverait donc dans ce cas de figure.

La vente des 300 magasins, quant à elle, "pourrait intervenir avant la fin du premier trimestre 2024". Elle reste néanmoins "subordonnée" à la restructuration financière de l’enseigne.

Le groupe, qui employait encore 200 000 salariés dans le monde, dont 50 000 en France, fin 2022, a en effet signé en juillet dernier un accord prévoyant la restructuration d'une "dette insoutenable", avec un changement d'actionnariat à la même échéance.

Protéger "un maximum d’emplois"

De son côté, le gouvernement affirme suivre attentivement ce dossier.

Invité du 8h30 de Franceinfo mardi 19 décembre, le ministre du Travail Olivier Dussopt a indiqué que l’Exécutif "souhaite que les projets de reprises puis de cessions" du groupe Casino protègent "un maximum d'emplois".

"Les différentes discussions dont nous avons connaissance nous laissent penser" que les repreneurs prennent "des engagements" pour "préserver" les emplois des salariés français du groupe, a avancé le ministre du Travail.