Vaccination obligatoire, qui est concerné ?

Ce mercredi 15 septembre, l'obligation vaccinale entre en vigueur pour 2,7 millions de personnes en France. Une partie d'entre elles n'est pas vaccinée, et certaines refusent de se plier à l'obligation. Une mesure qui concerne les professions de santé. Mais pas seulement.
Une soignante prépare une seringue contenant le vaccin contre le covid-19.
Une soignante prépare une seringue contenant le vaccin contre le covid-19. © Frédérik Giltay / France Télévisions

A compter d'aujourd'hui, tout professionnel de santé, ainsi que toute personne travaillant avec des personnes vulnérables, devra être vacciné. Une mesure qui concerne le public comme le privé, "les soignants, non-soignants, professionnels et bénévoles", explique le ministère de la Santé. 

Quelles professions sont concernées ?

Dès la première dose, les personnels concernés pourront continuer à travailler, mais en présentant régulièrement un test négatif.
Dès la première dose, les personnels concernés pourront continuer à travailler, mais en présentant régulièrement un test négatif. © SBonifayFTV

Qui peut continuer à travailler ?

Quels risques professionnels pour les soignants qui refusent le vaccin ?

Selon Santé Public France, au 7 septembre dernier, 88 % des soignants avaient reçu au moins une dose dans les hôpitaux et les Ehpad de France. Du côté des libéraux, le taux était plus élevé, de 94 %. Mais cela représente néanmoins plus de 300.000 personnes qui sont susceptibles de se voir refuser d'exercer leur profession. 

Mardi 14 septembre, manifestation de certains personnels soignants contre l'obligation vaccinale.
Mardi 14 septembre, manifestation de certains personnels soignants contre l'obligation vaccinale. © Franck Levasseur/France Télévisions

Leur employeur peut en effet suspendre leur contrat, sans aucune rémunération. La suspension ne sera officielle que lorsque l'employeur l'aura notifiée par biais d'un document écrit remis en main propre ou par une lettre recommandée avec accusé de réception. Elle sera ensuite effective jusqu'au moment où l'employé se sera fait vacciner. S'il décide de le faire. Et ils ont été nombreux, dans la rue, à témoigner de leur opposition à l'obligation vaccinale. 

La Fédération hospitalière de France a fait savoir qu'elle serait intransigeante. "Il n'y aura ni report ni exception, les suspensions pourront être immédiates". 

Il n'est pas dit que le climat, déjà très tendu dans le milieu hospitalier depuis des mois, s'apaise avec l'entrée en vigueur de cette obligation vaccinale...

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vaccins - covid-19 santé société