Les boissons light augmentent le risque de diabète

Selon une étude menée par l’Institut national de la santé et de la recherche médical (Inserm), les boissons light favorisent davantage le diabète que les boissons sucrées

© CC
Selon l’Inserm, plus de 3 millions de personnes sont touchées par le diabète en France, dont 90 % par un diabète de type 2. Si les scientifiques savent depuis plusieurs années que les boissons sucrées augmentent le risque d’obésité et celui de diabète de type 2, les études concernant la relation entre diabète et boissons lights sont plus rares.

Aujourd'hui, L’Inserm balaie les idées reçues : le light n’est pas forcément une bonne option. Les témoins adeptes des boissons light présentent une consommation plus importante (2,8 verres par semaine) que ceux qui boivent des boissons sucrées « normales » (1,6 verres par semaine).

A quantité égale consommée, le risque de diabète est plus important chez les femmes buvant du light que chez les autres. Il est 15 % supérieur pour une consommation de 0,5 litre par semaine et plus de deux fois plus important (59 %) pour une consommation de 1,5 litre par semaine.

L’aspartame présent dans les boissons light augmenterait le taux d’insuline. Pourquoi le light favorise-t-il le diabète ? Selon l’Inserm, les femmes qui consomment des boissons light sont souvent plus attirées par le sucre que les autres. Les chercheurs mettent également en cause l’aspartame, souvent utilisé dans ces boissons. Il engendrerait une augmentation de la glycémie et donc du taux d’insuline.

Bonne nouvelle, en revanche, pour les amateurs de jus de fruit 100 % pressés. L’Inserm n’a établi aucun lien entre le diabète et leur consommation.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société