Cet article date de plus de 8 ans

Les Girondins de Bordeaux ont assuré l'essentiel à Kiev

Bordeaux, malmené par une belle équipe du Dynamo Kiev qui n'a pas souffert du manque de rythme, a décroché un nul heureux (1-1) en Ukraine, lors du 16e de finale aller de l'Europa League.
© SERGEI SUPINSKY / AFP
Les hommes de Francis Gillot étaient partis pour faire un coup, ils reviennent avec un résultat probant compte tenu des difficultés qu'ils ont rencontrées au stade Olympique de Kiev, notamment grâce une frappe terrible et flottante de Ludovic Obraniak dans le but de Koval (23) qui vaudra peut-être cher.

Mais la mission sera complexe jeudi prochain à Chaban-Delmas car les Ukrainiens possèdent les armes pour renverser la tendance et priver les Bordelais du premier 8e de finale d'Europa League de leur histoire.

En souffrance sur chaque accélération adverse, sur chaque dédoublement des hommes de Blokhine qui n'ont cessé de donner le tournis, manquant d'agressivité et de lucidité dans les relances, les coéquipiers de Jaroslav Plasil ont longtemps flirté avec la ligne rouge face à un Dynamo reversé de la Ligue des Champions où il avait croisé le Paris SG (deux défaites 0-2, 1-4), mais déjà au point physiquement malgré sa trêve à rallonge.

Emmené par l'intenable Yarmolenko, Kiev a bousculé l'édifice girondin, qui n'a craqué qu'une fois, sur un missile sous la barre de l'ancien monégasque Haruna (20) bien servi par Taiwo.

Les Bordelais pourront également remercier leur gardien Cédric Carrasso (8, 50, 51, 72), leur défenseur Julien Faubert auteur de deux sauvetages presque miraculeux devant Yarmolenko (38) et Bezus (68), et embrasser leur barre transversale, qui s'est opposée à une autre tentative d'Haruna (41) et à un penalty de Gusev (75) pour une faute de Henrique.
Côté girondin, pas grand chose à se mettre sous la dent tant la maîtrise du ballon a été compliquée. Le nouvel attaquant uruguayen Diego Rolan a joué ses premières minutes, Obraniak s'est procuré une deuxième situation qu'il n'a pas su cadrer (39) et Plasil a manqué de puissance dans une dernière tentative (84).

 

Déclaration de Francis Gillot (entraîneur de Bordeaux) :
"C'est un résultat favorable, mais on a beaucoup souffert. On a joué face à une grosse équipe avec beaucoup d'individualités. Je pensais qu'ils seraient moins en rythme que ça parce qu'ils n'avaient pas joué depuis deux mois (...). Mais on a beaucoup souffert physiquement dans les duels. On a fait une mauvaise entame (...) Heureusement qu'on a réagi vite. On a fait un match courageux à défaut d'être talentueux. On a beaucoup couru, on a beaucoup défendu. On était très solidaire. Mais on doit montrer autre chose au match de retour. Le Dynamo est au-dessus de toutes les équipes qu'on a rencontrées jusqu'à ici en Europa League (...) J'ai eu peur à un moment donné qu'on se décourage, qu'on prenne un deuxième but, puis un troisième, mais en fait non, on s'est rattrapé et on a bien défendu".
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
football girondins de bordeaux sport