• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Rythmes scolaires: le maire de Peyrilhac (87) annonce la fermeture totale de l'école à la rentrée !

Le maire de Peyrilhac Claude Compain a envoyé son courrier au Ministre de l'Education, au Recteur de l'académie et à la presse locale / © F3 Limousin
Le maire de Peyrilhac Claude Compain a envoyé son courrier au Ministre de l'Education, au Recteur de l'académie et à la presse locale / © F3 Limousin

Le maire de Peyrilhac (87) annonce dans un courrier envoyé au Ministre de l'éducation et au Rectorat que son école n'ouvrira pas ses portes à la rentrée suite à l'annonce d'une fermeture de classe qui, écrit-il, "anéantit tout notre travail" pour la mise en place des nouveaux rythmes scolaires

Par Annaick Demars

Voilà un maire qui n'y va pas de main morte: dans un courrier adressé au Ministre de l'éducation, au Recteur d'académie, aux parents d'élèves et à la presse locale, Claude Compain le maire de Peyrilhac, commune de 1200 habitants de la Haute-Vienne, écrit :"Je tiens à vous informer que l'école (...) n'ouvrira pas ses portes à la rentrée 2014".

En cause: la fermeture de l'une des 5 classes de l'établissement annoncée en avril et qui intervient "après la validation de la nouvelle organisation incluant la réforme des rythmes scolaires".

"Nous avons travaillé pendant des mois à la mise en oeuvre de votre réforme sur les rythmes scolaires sur la base de 5 classes. Vos services ont validé nos propositions de planning en février 2014. (...) Nous avons procédé à des recrutements d'animateurs et d'intervenants (...) En avril 2014, nous recevons un arrêté de fermeture de classe. Cette décision remet en question notre organisation et anéantit tout notre travail. 


Claude Compain fait également état de plusieurs demandes de rendez-vous aux Directeur Académique des Services de l'Education nationale et au Recteur d'académie restés, écrit-il, sans réponse.

Face à ce silence méprisant et honteux pour nos institutions, poursuit l'élu dans son courrier, je me vois donc dans l'obligation de ne pas mettre à disposition de l'Education nationale les locaux communaux que représente l'école, à la prochaine rentrée scolaire" 


Les services du Rectorat que nous avons contactés devraient nous donner leur point de vue sur ce dossier dans les heures qui viennent.
 




Sur le même sujet

La centrale photovoltaïque d'Essendieras

Les + Lus