Mise en place du compte pénibilité : exemple en Limousin

Entrée en vigueur le 1er janvier 2015, avec seulement quatre facteurs retenus cette année, la mesure semble déjà difficile à mettre en oeuvre selon le patronat. 

C'est une mesure emblématique de la réforme des retraites : le compte personnel de prévention de la pénibilité est donc entré en vigueur en début d'année. 20% des salariés sont concernés en France. 

Il est ouvert cette année pour les salariés exposés à l'un de ces quatre facteurs de pénibilité : travail répétitif, travail en équipes successives alternantes, travail de nuit, activité en milieu hyperbare. Au 1er janvier 2016, six autres critères de pénibilité seront ajoutés comme les postures pénibles, le bruit ou les températures extrêmes. 

Une mesure déjà considérée par le patronat comme difficile à mettre en oeuvre comme vous allez le voir dans ce reportage dans une entreprise concernée en Limousin : l'imprimerie Fabrègue à Saint-Yrieix-la-Perche (87).

Fabrègue emploie 250 salariés qui travaillent en équipes successives alternantes (ou 3x8). Pour le PDG de l'entreprise, si la reconnaissance de la pénibilité du travail s'impose, les modalités de la mesure semblent, en revanche, difficiles à mettre en place :  



Reportage de Gwenola Bériou, Anthony Borlot et Sophie Spielvogel

- Nadine Morand, manutentionnaire
- Laurent Degout, conducteur Offset
- Emmanuel Fabrègue, PDG Fabrègue Imprimeur
- Francis Cubertafon, délégué syndical CFDT et secrétaire du CE