Cet article date de plus de 4 ans

Bientôt l'heure des comptes pour l'ex-région Poitou-Charentes

Réunie à Bordeaux aujourd'hui, la commission des finances de Nouvelle Aquitaine examine notamment le fameux rapport de la chambre régionale des comptes sur les problèmes budgétaires de l'ex-région Poitou-Charentes. Nous nous le sommes procuré, ses conclusions confirment la mauvaise gestion.
Ce jeudi se tient la commission des finances de la grande région Nouvelle Aquitaine. Une réunion, comme toujours à huis clos, mais au coeur de l'actualité politique, en raison de l'examen par les élus du rapport de la chambre régionale des comptes sur les problèmes budgétaires de l'ex-région Poitou-Charentes.
Outre le président de cette commission, le poitevin, et ex-opposant régional de Ségolène Royal, Olivier Chartier (LR), son vice-président, le député (PS) Florent Boudié, tous les conseillers régionaux de Nouvelle Aquitaine ont pu prendre connaissance des 247 pages de ce rapport. Il sera débattu en session plénière dès lundi

La communication Royal

Ségolène Royal avait exprimé haut et fort son soulagement et sa satisfaction la semaine dernière affirmant que ce rapport, non encore rendu public, lui donnait raison.
Elle s'était déclarée jeudi dernier "très contente des résultats de ce rapport (...) qui clarifie les choses, démonte les accusations vraiment diffamatoires qui ont été faites pour détruire et pour abîmer".
Or les élus ont pu découvrir les détails du travail des rapporteurs ce matin quand le document définitif leur a été transmis.

Il pointe une capacité de désendettement portée à 19 ans, ce qui s'avère être bien supérieur au seuil d'alerte pour une collectivité. Il confirme également les emprunts toxiques révélés par l'équipe Rousset à hauteur de 46 millions d'euros. Et il regrette qu'ils n'aient pas été renégociés grâce au fond de soutien de l'Etat.

Ségolène Royal, qui a présidé la région Poitou-Charentes pendant 10 ans, avait accusé Alain Rousset d'avoir accumulé du ressentiment à son égard "parce que j'étais à la tête de la seule région à ne pas augmenter les impôts, contrairement à l'ancienne Aquitaine" avait-elle dit.

"Le trou dans les caisses n'existe pas, il y a même du potentiel transféré", affirmait-elle aussi. Elle réclamait le rétablissement de ses politiques régionales "qui ont fait leurs preuves, fait rayonner cette région et ont été détruites par Alain Rousset", au sujet de ses choix sur l'apprentissage, l'accès à la culture, l'aide aux petites communes, aux travaux d'économie d'énergies, les soutiens aux jeunes, ou le Festival des Nuits Romanes supprimé en 2016.

Une stratégie "délétère" selon l'équipe Rousset

Ce matin Florent Boudié, le Vice-Président de la commission des finances de la Nouvelle-Aquitaine, a dénoncé une "stratégie de communication délétère" de la part de l'actuelle Ministre de l'Environnement. "Elle jette le doute sur la volonté de transparence que nous avons diffusé dès le printemps dernier".

Florent Boudié parle de "la parole de l'ancienne présidente de la région Poitou-Charentes contre celle d'une autorité juridictionnelle totalement indépendante, qui a fait son travail et son constat de manière objective".

Lundi, l'assemblée plénière devrait donner lieu à de nouvelles passes d’armes sur le sujet, même si chacun souhaite tourner la page ; le rapport de la chambre régionale ne donnant pas matière à poursuite judiciaire. A plusieurs reprises, les rapporteurs signalent que "l’examen détaillé ne permet pas de qualifier le processus financier d’irrégulier ou insincère au regard des jurisprudences".

Voyez le reportage à Bordeaux de Tanguy Scoazec, Antoine Morel, Josiane Etienne.
Commission des Finances Nouvelle Aquitaine

Intervenants :
- Tanguy Scoazec : journaliste France 3 Poitou-Charentes
- Florent Boudié : vice-président commission des finances de Nouvelle Aquitaine

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
polémique société finances économie politique région nouvelle-aquitaine fusion des régions réforme territoriale ségolène royal