• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Des centaines de taxis manifesteront ce soir dans Bordeaux

© Pierre Andrieu / AFP
© Pierre Andrieu / AFP

De grosses perturbations sont à prévoir dans l'hyper-centre de Bordeaux ce soir vers 19h00. Les taxis vont se rassembler pour perturber une réunion de la société de VTC Uber Pop prévue à l'hôtel de Sèze. 

Par Delphine Vialanet

Ils seraient plusieurs centaines, rassemblés autour des allées de Tourny à Bordeaux ce soir à 19h. Ces Taxis en colère attendent bien perturber une réunion organisée par la Société Uber Pop spécialisée dans le service VTC, voiture de transport avec chauffeur. 
Ils dénoncent cette activité qui selon eux représente un problème de concurrence déloyale.
Les taxis bordelais ont alerté le préfet de Gironde par courrier de leur intention de manifester.   

Courrier du syndicat de Taxis de la CUB et de la Gironde

À l'attention de Monsieur le Préfet de la Gironde
Monsieur le Préfet,
Nous avons le devoir de vous signaler que la société Uber Pop a lancé son service entre particulier à Bordeaux et en Gironde depuis la semaine dernière.
Un site Internet est ouvert pour les Inscriptions.
Des réunions avec distribution de smartphones auraient lieu dans des hôtels bordelais. Selon nos informations, une de ces réunions se tiendrait à l'hôtel de Sèze demain 30 septembre vers 19 h.
Il ne s'agit pas d'une activité réglementée de VTC, mais du transport de personnes à titre onéreux entre particuliers interdits en France et dans d'autres pays européens...
L'activité illégale de cette société fait d'ailleurs selon nos informations l'objet d'une procédure engagée par les services de l'État devant le tribunal correctionnel à Paris.
C'est pourquoi, pour éviter les incidents et désordres à l'ordre public qui pourraient se produire sur le terrain, nous vous demandons de bien vouloir faire le nécessaire afin que soit mis un terme aux agissements de cette société dans notre département.
Nous permettant de compter sur votre compréhension, et dans l'attente de votre réponse, Nous vous prions de croire, Monsieur le Préfet, à l'assurance de notre considération distinguée.

Sur le même sujet

La vie en autarcie en Haute Lande au 19e siècle

Les + Lus