Manifestations contre la loi Travail : les incidents contre les forces de l'ordre se multiplient en Aquitaine

Publié le Mis à jour le
Écrit par Laurence Pourtau .

La manifestation anti-loi travail a tourné au face à face tendu  entre les jeunes et la police à Bordeaux. Le commissariat des Capucins a été vandalisé. A Pau les manifestants ont envahi la gare SNC. Blocage aussi à Bayonne où les manifestants ont perturbé res routes d'accès à la ville.  

A Bordeaux, la tension n'a pas cessé tout au long de la journée entre manifestants et forces de l'ordre avec pour point d'orgue en fin d'après midi, le vandalisme du commissariat des Capucins. 

Près de 5000 personnes s'étaient donné rendez-vous à midi  place de la République. Un cortège marqué ensuite par un face à face musclé  entre les forces de l'ordre et quelques centaines d'irréductibles qui s'en sont pris aux CRS en les aspergeant de peinture et d'oeufs. 



A Pau, quelques manifestants ont profité du passage du cortège dans le quartier de la gare pour envahir les voies avant d'être dégagés.



2000 manifestants étaient également en cortège à Bayonne et ont bloqué pendant plus d'une heure le principal rond point de la ville près de Jean Dauger. 



Quant au défilé de Périgueux, il s'est déroulé dans le calme, avec un millier d'opposant à la loi El Khomri. 



Le résumé de la journée avec Serge Guynier, Guillaume Decaix et nos équipes en région.

durée de la vidéo: 01 min 02
Jets de peinture, vandalisme, la tension monte entre manifestants et forces de l'ordre dans les défilés anti loi travail
Dans le cortège bordelais, une manifestante explique pourquoi elle s'oppose à la loi Travail. Rencontre signée karim Jbali et Guillaume Decaix:

durée de la vidéo: 01 min 34
Une manifestante anti loi travail explique pourquoi elle manifeste depuis un mois à Bordeaux






Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité